Luka Rocco Magnotta

Magnotta: le juge autorise l'interrogatoire de témoins en Europe

Le juge au procès du présumé meurtrier Luka Rocco Magnotta a donné son accord, vendredi, pour que des preuves soient recueillies en France et en Allemagne.
Le magistrat Guy Cournoyer, de la Cour supérieure, a accepté la demande de la Couronne, qui avait présenté une motion à ce sujet jeudi.
Le procès de Magnotta pour le meurtre de Jun Lin, un étudiant de l'Université Concordia assassiné en mai 2012, doit commencer en septembre.
Juste après la mort de Jun Lin, Luka Rocco Magnotta avait quitté le Canada pour se rendre en France puis en Allemagne, où il a été arrêté en juin 2012. Les procureurs souhaitent maintenant interroger une trentaine de témoins à Paris et à Berlin.
Le juge Cournoyer a déclaré que même si le système judiciaire fonctionne différemment dans ces deux pays, la décision d'admettre en preuves les éléments glanés là-bas sera prise une fois le processus terminé.
L'avocat de Magnotta, lui, avait plaidé que les témoins devraient plutôt être emmenés au Canada afin de témoigner en personne dans le cadre du procès de son client.
Un témoin expert de la Couronne a toutefois affirmé qu'il n'existait aucun moyen de forcer des ressortissants étrangers à venir témoigner en sol canadien, et qu'il n'y avait aucun recours s'ils consentaient d'abord à témoigner, pour ensuite se désister.
Tout le processus de cueillette des témoignages en Europe pourrait prendre de quatre à six mois.