L'Ontario serre la vis aux conducteurs qui auraient consommé des drogues

Le gouvernement de l'Ontario souhaite alourdir les peines pour la conduite d'un véhicule avec les facultés affaiblies par les drogues, en prévision de la légalisation, l'été prochain, de la marijuana récréative.
La première ministre Kathleen Wynne a indiqué lundi que la province adoptera une politique de «tolérance zéro» pour les jeunes de 21 ans et moins, les conducteurs débutants et tous les chauffeurs professionnels qui auraient une quantité détectable de drogue ou d'alcool dans l'organisme.
La province augmentera par ailleurs le montant des amendes et la durée des suspensions de permis de conduire pour ces délits.
Le gouvernement libéral de cette province a été le premier, la semaine dernière, à annoncer son plan pour gérer la distribution et la vente de marijuana récréative. Le cannabis sera vendu dans des magasins exploités par la société des alcools de l'Ontario, mais distincts des magasins de la LCBO. La limite d'âge des clients a été fixée à 19 ans.
La première ministre Wynne a aussi annoncé lundi que la province organisera un sommet sur toute cette question à l'automne, réunissant des corps policiers et des juristes, des organismes de santé publique et d'autres acteurs touchés par cette légalisation.
Le gouvernement libéral fédéral de Justin Trudeau a déposé en avril un projet de loi, présentement à l'étude à Ottawa, qui prévoit la légalisation de la marijuana récréative le 1er juillet prochain. Ce sont toutefois les gouvernements des provinces et des territoires qui sont responsables d'encadrer la distribution et la vente de marijuana. Les provinces ont aussi compétence en matière de sécurité routière sur leur territoire.