Long Courrier, de BB Brunes

Karim Réveillé, Bérald Crambes, Felix Hemmen et Adrien Gallo effectuent tout un virage, avec leur troisième album (dont la version «québécoise» sort de notre côté de l'Atlantique près de deux ans après la France...). Une mutation aussi étonnante que dansante et, au final, plutôt réussie.
Car ce Long Courrier plane sur des airs résolument électro-pop à mille lieues du rock qui avait initialement mis le groupe sur la carte, avec Blonde comme moi et Nico Teen Love. Cette nouvelle galette en déboussolera donc sûrement quelques-uns (certains crieront peut-être même à la trahison, parmi les plus irréductibles), tout en titillant de nouvelles oreilles. Et puis, soyons honnête, si les synthétiseurs vintage résonnent, la guitare de Félix Hemmen et la basse de Bérald Crambes s'amusent elles aussi à se brancher sur des sonorités très années 1980 (Grande Rio, Coups et blessures), ce qui ne les empêchent pas de se faire plus pesantes sur des titres tels Hémophile, Rue de Buci et RIP, par exemple.
Par ailleurs, l'excellente Aficionado réussit un mariage habile entre riffs des plus entraînants et touches synthétisées flirtant gaiement avec une autre époque. C'est sans oublier la participation de Vanessa Paradis sur Bye Bye et de Benjamin Biolay sur la pièce titre du cédé, qui s'envole entre autres sur des cordes.