L'Isle-Verte: Québec songe à revoir toutes les règles de sécurité

La tragédie survenue jeudi à L'Isle-Verte pourrait entraîner une révision globale des règles de sécurité imposées aux résidences privées pour personnes âgées.
C'est le scénario qu'envisage la ministre de l'Emploi et de la Solidarité sociale, Agnès Maltais, qui promet de réagir rapidement avec des gestes concrets, dès que seront connues les causes de l'incendie mortel qui s'est produit à la Résidence du Havre à L'Isle-Verte.
Par exemple, si l'absence de gicleurs dans certaines ailes de la résidence est mise en cause dans l'enquête du coroner, Québec pourrait intervenir en rendant obligatoire l'installation de gicleurs dans les résidences privées pour personnes autonomes ou semi-autonomes. Actuellement, seules les résidences pour personnes non autonomes sont tenues d'installer des gicleurs.
Chose certaine, cette tragédie oblige les parlementaires à réexaminer l'ensemble des règles de sécurité édictées dans les résidences privées pour les aînés, a soutenu la ministre, en conférence de presse.
Selon certaines informations rendues publiques jeudi, l'aile de la résidence réservée aux personnes non autonomes était munie de gicleurs, tandis que l'autre, occupée par les aînés autonomes ou semi-autonomes, ne l'était pas, conformément à la loi.
Mme Maltais a indiqué que cette résidence, de construction récente, avait la réputation d'être bien tenue. Pour appuyer ses dires, elle a indiqué que deux employés étaient présents au moment du drame, alors qu'un seul est requis par la loi durant la nuit.