Claude Poirier, traducteur de profession à Lévis, est le premier président bilingue de l'Association canadienne des employés professionnels et le premier à venir de l'extérieur de la région d'Ottawa.

Les syndicats heureux du ton du budget

Les termes utilisés dans les documents budgétaires 2014, qui affirment que le gouvernement a «hâte» de travailler avec les syndicats sur la question des congés de maladie et le régime d'invalidité à court terme, ont fait réagir certains dirigeants syndicaux du secteur public fédéral, mercredi.
À la veille de la prochaine ronde de négociations pour le renouvellement de 27 conventions collectives, ces propos tranchent avec ceux prononcés ces derniers mois par le président du Conseil du Trésor, Tony Clement, au sujet du droit de grève et du régime de retraite des employés fédéraux, notamment.
«Si c'est un changement d'attitude face à la rhétorique antisyndicale utilisée chaque jour par les ténors du gouvernement conservateur, elle est bienvenue», a fait remarquer le président de l'Association canadienne des employés professionnels (ACEP), Claude Poirier. «Depuis plusieurs mois en effet, nos représentants syndicaux font face à des mesures d'intimidation de leurs gestionnaires parce qu'ils osent défendre les droits de leurs membres.»
L'inquiétude demeure
La volonté de rendre comparable le régime de congés de maladie avec ce qui se fait dans le secteur privé inquiète, ajoute le président Poirier. Les études récentes de Statistique Canada et du directeur parlementaire du budget ont démontré que les fonctionnaires fédéraux sont loin d'abuser des congés de maladie, comme le laisse entendre le président du Conseil du Trésor, soutient-il.
Claude Poirier affirme toutefois être prêt à discuter pour améliorer le système en place. «Nous demeurons prêts à nous asseoir à la table de négociation. [...] Mais nous ne voulons pas confier à une compagnie privée le soin de gérer cet aspect des ressources humaines dans nos milieux de travail», a précisé le président de l'ACEP, qui représente 11000 économistes et autres professionnels du secteur public.
En parlant du nouveau régime de maladie des employés, le ministre Flaherty a fait valoir dans son budget de mardi que le fédéral demeure l'un des rares grands employeurs qui n'offre pas d'assurance invalidité officielle de courte durée à ses employés. Il a rappelé que 65% des employés n'ont pas accumulé suffisamment de congés de maladie pour couvrir la période de 13 semaines préalable à l'admissibilité à des prestations d'invalidité de longue durée et que 25% des employés ont moins de 10 jours de congé de maladie non utilisés.