Le maire de Maniwaki, Robert Coulombe, a été sur la sellette après les révélations du Droit dans le dossier du Château Logue.

Les MRC de l'Outaouais au coeur de l'actualité

UN PERSONNAGE: Robert Coulombe
Le maire de Maniwaki, Robert Coulombe, a été sur la sellette, en 2013, après que LeDroit eût révélé que le propriétaire de l'hôtel Château Logue devait près 700 000 $ en taxes municipales impayées. L'affaire a créé bien des remous à Maniwaki, le montant représentant un peu moins de 10 % du budget de la ville de Maniwaki. L'entente entre la ville et le propriétaire de l'hôtel, Michel Lacroix, a attiré l'attention du ministère québécois des Affaires municipales, qui a décidé de faire enquête sur l'administration municipale. Soutenant que Maniwaki est très bien protégée dans cette affaire, puisque Michel Lacroix paie des intérêts sur sa dette, Robert Coulombe a toujours défendu la position de la Ville dans ce dossier. Aux élections du 3 novembre, Robert Coulombe a été réélu avec 48 % des votes.
<p>Cantley a été le théâtre d'une véritable lutte entre l'ex-conseiller Alexandre Marion et une nouvelle venue, Madeleine Brunette, dans la course à la mairie.</p>
UN LIEU: Cantley
Le dernier mandat de l'ex-conseil municipal de Cantley a été difficile en raison des divisions profondes entre le maire Steve Harris, et l'ensemble des conseillers, au sujet du congédiement de l'ancien directeur général, Richard Parent. Le comportement du conseiller François Hallé a aussi créé des remous. Il persistait à vouloir demeurer en poste, alors qu'il avait déménagé à Québec. Il a finalement démissionné. La décision de Steve Harris de ne pas solliciter un autre mandat et le départ de certains conseillers ont donné lieu à une campagne électorale très ouverte, assortie d'une lutte intéressante entre l'ex-conseiller Alexandre Marion et une nouvelle venue, Madeleine Brunette, dans la course à la mairie. Mme Brunette a été élue.
<p>Plusieurs municipalités de la Haute-Gatineau ont souffert toute l'année des tempêtes de neige et de verglas de la fin de 2012.</p>
UN CHIFFRE: 38
Les tempêtes de neige n'ont rien d'inhabituel, mais celle survenue le 21 décembre 2012 a eu un effet désastreux sur la forêt outaouaise et ses répercussions se sont fait sentir durant toute l'année 2013. Ce jour-là, le cocktail verglas et neige mouillée qui est tombée durant plusieurs heures a entraîné la chute de centaines de milliers d'arbres et de branches, un peu partout dans la région de l'Outaouais. En plus de causer des centaines de pannes d'électricité qui, dans certains cas, ont duré plusieurs jours, la tempête a entraîné la fermeture d'un très grand nombre de chemins forestiers et de sentiers de motoneige en Haute-Gatineau. Le gouvernement du Québec a accordé à 38 municipalités de la région un statut de zone sinistrée leur permettant de demander une aide financière afin de réparer les dégâts causés par la tempête.
UN MOT: rail
L'avenir de deux voies ferrées de la région a retenu l'attention durant l'année 2013. Endommagée par l'orage du 23 juin 2011, la voie ferrée qui relie Gatineau à Wakefield est fermée depuis ce temps et le service de train touristique n'est toujours pas offert. Il faudrait près de 6 M $ pour solidifier la voie ferrée et un montant global de quelque 13,2 M $ pour relancer le service du petit train à vapeur. Dans l'attente d'une réponse du gouvernement du Québec, le secteur de la Petite-Nation étudie aussi la possibilité d'offrir un service semblable vers Montebello. Dans le Pontiac, la Municipalité régionale de comté (MRC) tente d'empêcher le Canadien National de démanteler la voie ferrée qui relie Ottawa à Pembroke, en passant entre Quyon et Portage-du-Fort. La MRC compte sur la présence du lien ferroviaire pour relancer le parc industriel. En novembre, la Cour supérieure a rejeté la requête en injonction de la MRC qui voulait empêcher le CN d'enlever les rails, mais la MRC a porté la cause en appel.
UNE RÉSOLUTION: fusionner les municipalités du Pontiac
La Municipalité régionale de comté du Pontiac traverse une période particulièrement difficile depuis le début de la crise forestière, il y a sept ans et les efforts de relance économique tardent à porter fruit. Les 18 municipalités ont bien du mal à fonctionner. Une étude commandée par la MRC propose la réduction du nombre de municipalités, en les fusionnant. Le scénario le plus drastique proposait la création d'une seule municipalité pour tout le territoire et deux autres scénarios étaient aussi envisagés : la formation de deux ou de quatre municipalités. Mais le consensus est difficile à atteindre, plusieurs citoyens craignant de perdre leur identité. En 2014, les discussions devraient aboutir à une décision. Les municipalités de Fort-Coulonge et Mansfield ont pris une avance dans le dossier, leurs citoyens s'étant prononcés en faveur de l'union de ces deux localités voisines.