John McJannett, Andrew Kent et Alex Monk, les trois fiers fondateurs de la Dominion City Brewing Co., qui aura dès cet été pignon sur rue dans l'est d'Ottawa.

Les microbrasseries en effervescence dans la région

L'industrie des bières artisanales a brassé de grosses affaires dans la région d'Ottawa-Gatineau au cours des dernières années. Cette lancée devrait se poursuivre en 2014. Au moins cinq nouveaux joueurs proposeront leurs créations brassicoles aux amateurs du genre, et ce, des deux côtés de la rivière.
Josh McJannett, Alex Monk et Andrew Kent vouent une admiration sans bornes pour les bières de microbrasseries. Tellement passionnés, que les trois amis ont décidé de fonder la Dominion City Brewing Co.
«Ma passion s'est entamée un peu comme tout le monde: j'ai commencé à brasser à la maison, j'ai lu beaucoup et j'ai acheté de plus en plus d'équipements de brassage», fait savoir M. McJannett, futur brasseur en chef de l'entreprise.
«Josh a probablement la "Cadillac" des kits de brassage maison, intervient M. Monk. C'est avec ce système que nous avons brassé nos bières et raffiné nos recettes.»
L'ouverture de leur entreprise - à saveur familiale - est prévue plus tard cet été dans le parc industriel du secteur Gloucester. Ainsi, une première microbrasserie s'installera dans l'est d'Ottawa depuis des lunes.
Déjà, l'engouement est palpable chez les proches des trois copropriétaires. Ils peuvent compter sur un réseau impressionnant d'amis et de la famille pour les aider avec leur aventure depuis environ deux ans, tant financièrement qu'avec des conseils ou d'autres services.
«Quand tu brasses de la bière, tous tes amis veulent en connaître davantage», lance M. Kent avec un large sourire.
Cet esprit communautaire se veut le moteur de leur entreprise.
«Nous voulons honorer le passé. Au début du XXe siècle, il existait plus de 1000 microbrasseries au Canada. La bière goûtait où l'on restait. C'est-à-dire qu'elle était conçue avec des grains, du houblon et de l'orge locaux. Nous voulons épouser cette même philosophie, informe M. McJannett. J'aime l'idée de concocter de vieux styles de bières qui n'existent plus vraiment de nos jours.»
En plus de proposer trois bières phares, la Dominion City Brewing Co. mise aussi sur une variété de broues «folles et amusantes».
«Les amateurs de bières artisanales font preuve de "promiscuité", signale M. McJannett. Ils aiment essayer plein de trucs. Donc, nous voulons nous assurer que l'on réponde à leurs demandes.»
«Et si quelqu'un aime toutes nos bières, ce n'est pas normal. Il est nécessaire d'avoir plusieurs styles de bières pour plaire à tous les goûts!» ajoute M. Monk.
Le trio ne s'inquiète pas outre mesure d'une saturation de marché, malgré la présence d'une vingtaine de microbrasseries et broue-pubs dans la région de la capitale nationale.
«La plupart des gens de l'industrie veulent nous voir réussir. Il y a une belle confrérie d'ailleurs et nous savons qu'il y a de la place pour tous. Nous ne sommes pas inquiets», indique M. Kent.
La bière coule à flots depuis le début quelques semaines à la microbrasserie Covered Bridge, à Stittsville. Et un peu plus loin dans la vallée d'Ottawa, les touches finales sont actuellement apportées à la Square Timber Brewing Co. de Pembroke pour assurer la même chose.
Ça brasse au Gainsbourg
Sur la rive québécoise, le moment tant attendu est arrivé au bistro-brasserie Gainsbourg: la naissance d'une microbrasserie. Un an après son ouverture à la Place Aubry, les premiers brassins ont été effectués il y a deux semaines. La toute première création fabriquée sur place est attendue vendredi prochain.
«Il s'agit d'une pale-ale rousse de 4,7%, informe Nicolas Cazelais, copropriétaire du commerce. Une deuxième, la East Coast IPA, plus houblonnée, est attendue sous peu également.»
Finalement, une broue-pub doit ouvrir ses portes à Montebello au printemps. On y servira uniquement des bières de microbrasseries québécoises et une création du brasseur de l'endroit, Alain Larivière. Déjà, il expérimente avec le miel et le chocolat et il discute avec quelques maîtres-brasseurs établis pour pouvoir brasser son produit final dans leur établissement.
«On travaille d'abord à ouvrir notre pub de micros au mois de mai pour ensuite passer à l'étape de la microbrasserie. Mais, pour cette étape, ça ne sera pas avant une bonne année.»