Les images qui font peur

Imaginez notre société sans Centraide.
Arrêtez-vous un instant et pensez-y. Tentez de vous imaginer la vie sans Centraide Outaouais qui vient en aide financièrement à 69 organismes de la région.
Pas très sexy comme sujet de chronique, je le sais. Et je sais aussi que vous venez de lire l'entrée en matière et que vous vous êtes dits quelque chose comme: «Bon! Un autre qui veut nous quêter notre argent!».
Mais détrompez-vous. Je ne veux pas vous quêter quoi que ce soit, ne serait-ce que votre attention le temps de lire ce papier. Deux minutes, quoi.
Si vous donnez annuellement ou régulièrement à Centraide Outaouais, vous êtes vous déjà posé la question: «où va mon argent?»
Moi, si. Et je donne un peu de sous à Centraide chaque semaine. On me soutire quelques dollars de ma paye hebdomadairement. Et ce, depuis plus de 20 ans.
Et il m'est arrivé de me demander où sont allés tous ces dollars que j'aurais bien pu dépenser ailleurs et pour mes propres besoins et loisirs. La question se pose. Elle est légitime.
Et la réponse à cette question est sous notre nez tous les jours. En plein dans notre face.
Quand vous passez sur le boulevard des Allumettières, à l'angle de la rue St-Rédempteur, vous roulez devant la Soupe populaire de Hull. Elle est là, la réponse à notre question «où va notre argent?»
Sans Centraide Outaouais, ces dizaines, voire ces centaines d'hommes et femmes qui profitent d'un repas chaud quotidiennement devraient s'en passer. Où iraient-ils? Que mangeraient-ils? Que feraient-ils pour se trouver quelques sous pour manger ne serait-ce qu'un simple sandwich? Cette dernière question fait peur. Imaginez ce qu'ils feraient pour subsister...
Quand un adolescent est rescapé du monde de la drogue par le Centre d'intervention et de prévention en toxicomanie de l'Outaouais (CIPTO), elle est là, la réponse à notre question. Nos sous ont sauvé une jeune vie. Avouez que ce n'est pas rien!
Mais pas de Centraide Outaouais, pas de CIPTO. Donc de plus en plus de jeunes dans les rues en quête de drogues pour se sauver de leur réalité. L'image fait peur...
Chaque année - bon an, mal an - près de 2500 personnes, dont la moitié sont des enfants (!), franchissent les portes d'Entraide familiale Outaouais pour se procurer gratuitement des meubles, des appareils ménagers, des vêtements et des lits afin que les enfants n'aient pas à coucher par terre.
Sans Centraide Outaouais, cet organisme fermerait ses portes. On parlerait donc d'une société dans laquelle plus d'un millier d'enfants vivraient sans même un matelas pour passer la nuit.
J'exagère, direz-vous? Pas du tout... malheureusement. Ce serait la réalité sans Centraide. La triste réalité.
Sans notre soutien, Centraide Outaouais cesserait d'exister. Et des dizaines d'organismes seraient forcés de l'imiter.
Le Bureau régional d'action Sida: fermé.
Le Centre d'aide et de lutte contre les agressions sexuelles de l'Outaouais: fermé.
Le Gîte Ami: fermé.
Moisson Outaouais: fermé.
Tel-Aide Outaouais: fermé.
Adojeune: fermé.
La Manne de l'Île: fermé.
Les Oeuvres Isidore Ostiguy: fermé.
Le Centre d'entraide aux aînés: fermé.
Je pourrais continuer. J'en aurais 50 autres à nommer...
Avouez que ça fait peur.
---
La campagne de financement de Centraide se termine le 28 février, dans trois semaines. Et il reste environ 600000$ à amasser pour que l'objectif soit atteint.
Le temps est venu de donner un peu plus. Et il n'y a rien de plus facile. Vous vous rendez sur centraideoutaouais.com et cliquez «donner». (Ou appeler au 819-771-7751).
Ça vous prendra moins de temps de donner 5, 10 ou 20$ que ça vous en a pris pour lire cette chronique. C'est le temps de donner un peu plus.
C'est le temps ou jamais.
La cabane à sucre
Changement de sujet...
Ça vous dirait d'entailler des érables? Vous avez un peu de temps à donner et aller chatouiller des arbres vous amuserait? Si oui, lisez cette invitation du Muséoparc de Vanier:
«Le Muséoparc Vanier invite la population à lui rendre visite, le 17 février prochain, à l'occasion de l'entaillage des érables du parc Richelieu! Le Muséoparc Vanier propose, dès 8h30, un déjeuner de crêpes. L'entaillage aura lieu ensuite, soit à 9h30. Puisque tout effort mérite une bonne récompense, un dîner sera servi à 12h30. L'activité est gratuite!».
Pour confirmer votre présence: 613-842-9871