Chris Wu l'un des deux concepteurs du spectacle Triomphes et tragédies, spectacle qui sera présenté en première mondiale demain.

Les Grands Feux à l'heure de Hong Kong

Les artificiers venus de Hong Kong, première des quatre équipes en compétition à l'occasion de cette 19e édition des Grands Feux du Casino du Lac-Leamy, sont fin prêts pour en mettre, plein la vue aux visiteurs, attendus à partir de demain - non plus au lac, mais sur les berges de la rivière des Outaouais, sur le tout nouveau site du festival, à l'arrière du Musée canadien de l'histoire.
Comme si ce déménagement n'avait pas causé assez de maux de têtes aux organisateurs de l'événement - qui ont dû composer cette année avec les responsables de la sécurité civile deux municipalités, puisque la base de tir des « roquettes » est située en plein centre de la rivière, exactement sur la ligne de partage des deux provinces - la firme hongkongaise Glorious Entertainment Production Limited (Glorious), pour sa toute première participation aux Grands Feux, a choisi de poser un défi supplémentaire à ses hôtes, l'équipe québécoise de Royal Pyrotechnie, en charge des opérations sur le terrain.
Pour Triomphes et tragédies, spectacle qui sera présenté en première mondiale à Gatineau, demain, « chaque bombe est allumée individuellement », tandis que ce sont des chaînes de pétards qui sont habituellement mises à feu, précise Patrice Guy, le « chargé de projet » de Royal Pyrotechnie, qui, sur le site, supervise toutes les opérations liées aux feux d'artifices. « Un beau challenge, pour nous », a-t-il convenu, hier, lors d'un point de presse.
Cette minutie « nous permet de gagner du temps » et d'atteindre « un plus haut niveau de précision ; or, à Glorious, on focalise toute notre attention sur la précision », explique Chris Wu, l'un des deux concepteurs de ce spectacle son et lumière. « On ne fait pas ça partout où on va, mais l'équipe de Royal Pyrotechnie dispose de beaucoup d'équipement, a tout le savoir-faire nécessaire, et sont en mesure de nous accommoder », précise M. Wu.
Tous des amis
« Je suis en compétition avec des firmes très prestigieuses », rappelle M. Wu en références aux équipes du Canada (Garden Display, dimanche), du Portugal (Grupo Luso Pirotecnia, le 9 août) et de la Suisse (Sugyp SA, 13 août), qui aspirent toutes au trophée Zeus, et « qui sont plus spécialisées que nous, qui sommes aussi manufacturiers de feux d'artifices », soumet-il, comme pour s'excuser du travail supplémentaire qu'il donne aux artificiers de Royal.
« Cela dit, j'ai adopté certaines de leurs techniques, prévient-il. « La beauté de ce milieu, c'est que nous travaillons chacun dans notre coin de la planète, donc nous sommes rarement en compétition : on est davantage comme des amis, et on échange régulièrement des idées et des techniques », explique-t-il.
Triomphes et tragédies s'inspire de la musique pop et les comédies musicales Broadway. « Les thèmes vont de Grease à Les Misérables » en passant par Moulin Rouge ou Glee, avec des moments très joyeux et rythmés, et d'autres moments plus épiques » avec lequel s'accorde évidemment leur design visuel, lui aussi contrasté, énonce Chris Wu.
« Après le premier spectacle, samedi, il va falloir jeter toutes les cartes postales d'Ottawa, car elles seront périmées » avance, sourire en coin, Patrice Guy, en suggérant qu'il faudra en imprimer de nouvelles, sur lesquelles le Parlement sera cette fois illuminé par les arabesques pyrotechniques des Grands Feux.
L'artificier est ravi de se faire connaître à Gatineau. « C'est un événement prestigieux et nous sommes très reconnaissants d'y avoir été invité », a indiquée d'emblée le responsable de l'équipe asiatique, Chris Wu.
Né à Toronto, où il a grandi, Chris Wu a découvert le métier d'artificier en Allemagne, avant de se joindre à Glorious, firme quasi-centenaire, lorsqu'il a déménagé à Honk Kong.
Les orages annoncés pour samedi ne l'inquiètent pas outre mesure : « d'où je viens, on est habitués à travailler sous la pluie ! »
Le volet musical a été détaillé hier. Demain, musique lounge avec Grumpy B, alias DJ Simon Labelle, du collectif Fau Mardi (18h à 19h), puis Geneviève Roberge Bouchard et Alain Barbeau en tandem (19h à 19h30), les danseurs du Jannat Performing Arts, qui fusionnent danse occidentale et asiatique (19h30 à 20h) et enfin The JukeBox Revival, un spectacle plus rock proposant des medleys des années 1960, 70 et 80 (20h15 à 21h), se relaieront pour assurer l'ambiance musicale jusqu'à l'heure des premiers tirs.
Échappés de la bulle créative de la troupe In Vivo, des échassiers « futuristes du 19e siècle » arpenteront la cour arrière du musée à la recherche de toute forme de technologie moderne, durant les cinq soirs de feux.
Fermeture de rues
Par mesure de sécurité, le pont Alexandra sera fermé à la circulation, les soirs de feux, entre 20 h 30 et 22 h 15. Le périmètre de sécurité s'applique aux bateaux, qui ne pourront pas circuler sur la section de la rivière située entre les ponts Alexandra et Portages de 17h à 22h15 les 2, 6, 9, 13 et 16 août prochains.
Les écluses d'Ottawa, y compris les quais en aval des écluses, seront également fermées au trafic terrestre et nautique de 18h les mercredis et 19h les samedis jusqu'à 22h15.
Pour les mêmes raisons, certains segments des sentiers récréatifs qui longent les deux rives seront fermés au public, de 19h à 22h. Il s'agit du sentier des Voyageurs (rive gatinoise, entre la rue Victoria et le pont Alexandra) et le sentier la Rivière-des-Outaouais (entre la rue Bank et le pont Alexandra).
Sur la rive ontarienne, la promenade Lady Grey et la rue des Pionniers seront bloquées de 19h à 22h15.
De 21h à 22h15, à l'heure de la sortie des festivaliers, la rue Laurier (entre Hôtel-de-Ville et le boulevard Sacré-Coeur) et le boulevard des Allumettières (entre Maisonneuve et le pont Alexandra) seront également fermés à la circulation.