Roger Lepage à son arrivée au palais de justice, mardi matin.

Les grands drames et crimes de 2013

Il semble que la dernière année a été trop riche en histoires d'agressions sexuelles sur des enfants, de coups de filet contre des cyberpédophiles, et de meurtres de femmes et d'enfants. Des docteurs, des adultes en position de confiance - même un ancien père Noël - ont été accusés d'agressions ou d'attouchements sexuels sur des mineurs. Que ce soit à Ottawa ou à Gatineau, les forces policières ont arrêté des dizaines d'amateurs d'images d'enfants forcés à subir des vices de pédophiles.
UN PERSONNAGE: Roger Lepage
Le résident de Chénéville a été reconnu coupable du meurtre au premier degré de Marie D'Amour, plus de deux décennies après le crime commis dans une petite résidence de Ripon. Roger Lepage a réussi à se libérer des griffes des policiers dans les jours suivant le drame, en 1987. Faute de preuves concluantes et d'un aveu de la part du suspect numéro un, les enquêteurs de la Sûreté du Québec n'ont eu d'autre choix que de le relâcher. En 2011, grâce à une série de scénarios bien ficelés et une finale à la Mr. Big, une nouvelle équipe d'enquêteurs et d'agents doubles l'ont mis derrière les barreaux. Les policiers ont obtenu des aveux filmés à son insu, alors qu'il croyait se confier à un chef de bande criminelle. Un jury l'a reconnu coupable cet automne, 26 ans après le décès par balle de la victime.
UN MOT: adolescents
Pour plusieurs raisons, des adolescents ont fait les manchettes en 2013. Le procès de trois jeunes filles a révélé des pratiques sexuelles cauchemardesques. L'arrestation de ce trio de jeunes proxénètes d'Ottawa remonte à 2012, mais le fond de leur histoire a été décrit cet automne, lorsque les victimes du même âge ont témoigné au palais de justice. Forcées à se prostituer, à vendre leur corps de 13, 14, 15 et 16 ans à des hommes dans la quarantaine, les jeunes victimes ont raconté que leurs proxénètes de 15 et 16 ans les recrutaient sur Facebook. Deux des trois accusées ont plaidé coupables. La troisième, présumée dirigeante, attend toujours de connaître son sort. Au Québec, l'enlèvement de deux personnes âgées, à Bouchette, dans la Vallée-de-la-Gatineau, a marqué la scène policière. Des adolescents se sont rendus dans un chalet pour y enlever l'homme et la femme. Le groupe les a conduits de force jusqu'à L'Isle-aux-Allumettes, les enfermant et les ligotant dans un petit garage. Un des jeunes a expliqué qu'il voulait se venger de l'homme, l'accusant de l'avoir agressé sexuellement lorsqu'il était enfant. Dans un autre dossier, le mineur qui a tué Jacques Jong, en 2009, à Plaisance, a été jugé comme un adulte, écopant de la prison à vie.
<p>Le drame est survenu non loin de la station de transport en commun Fallowfield, dans le secteur Barrhaven.</p>
UN LIEU: Fallowfield
L'image de cette station du Transitway, à Ottawa, fait le tour du pays, et son nom a été cité dans les grands médias américains, le 18 septembre. Un autobus à deux étages d'OC Transpo a traversé le passage à niveau à l'heure de pointe du matin, percutant un train de passagers de Via Rail. Des dizaines de passagers ont été les témoins impuissants d'une véritable scène d'horreur, lorsque l'avant de l'autobus a été complètement déchiqueté par la locomotive, tuant six personnes, dont le chauffeur. Pendant une semaine, le train accidenté a été entouré d'enquêteurs du Bureau de la sécurité des transports, à la recherche de réponses. La région a pleuré la mort du chauffeur, David Woodard, 45 ans, de Connor Boyd et Kyle Nash, deux amis et étudiants de l'Université Carleton âgés de 21 ans, de Michael Bleakney, 57 ans, de Karen Krzyzewski, 53 ans, ainsi que de Rob More, 35 ans.
<p>Ce jour-là, les policiers de Gatineau sont devenus temporairement les «parents» de ces petits êtres sans défense.</p>
UN CHIFFRE: 53
C'est le nombre d'enfants de la garderie Montessori du secteur Hull pour lesquels la région et le pays ont prié, le 5 avril, lorsque l'ex-conjoint de la directrice a fait irruption dans l'établissement, en ouvrant le feu sur un employé, avant de s'enlever la vie. Toute la salle de rédaction du Droit se rappelle ce matin maudit, de cette idée que le pire pouvait se produire avec les enfants. Dans les minutes suivant les événements, on ne savait pas si tous les enfants étaient sains et saufs. La quantité d'ambulances, de voitures de police et de véhicules de service ne laissait présager rien de bon. Le bilan, bien qu'il soit d'une grave tristesse, a soulagé tous les parents, puisqu'aucune petite victime n'y est restée. Le tireur, Robert Charron, a tué un employé, Neil Galliou, avant de tenter d'immoler son ex. Il s'est ensuite enlevé la vie. Ce jour-là, les policiers de Gatineau sont devenus temporairement les «parents» de ces petits êtres sans défense. Les vrais papas et mamans se sont précipités à la garderie afin de serrer bien fort leurs bébés.
UNE RÉSOLUTION: attention aux femmes et aux enfants
Il semble que la dernière année a été trop riche en histoires d'agressions sexuelles sur des enfants, de coups de filet contre des cyberpédophiles, et de meurtres de femmes et d'enfants. Des docteurs, des adultes en position de confiance - même un ancien père Noël - ont été accusés d'agressions ou d'attouchements sexuels sur des mineurs. Que ce soit à Ottawa ou à Gatineau, les forces policières ont arrêté des dizaines d'amateurs d'images d'enfants forcés à subir des vices de pédophiles.
Sans compter plusieurs drames:
Un drame familial à Stittsville, en janvier, a secoué l'est de l'Ontario. Alison Easton, 40 ans, a assassiné ses enfants, Alex Corchis, 10 ans, et Katie Corchis, 6 ans, avant de se suicider.En février, un policier de la GRC a été accusé d'avoir battu et agressé sexuellement un enfant. Celui-ci aurait même souffert de malnutrition.En mars, trois fillettes ont été secourues de leur logement familial insalubre de Vanier. Leur mère, partie faire la fête pendant la fin de semaine, les a laissées, seules, malpropres, et en crise.Dans un incendie tragique, deux fillettes de Thurso ont péri dans leur maison, le 17 avril dernier.En juillet, Melissa Richmond a été tuée et retrouvée dans un fossé, à Ottawa. Son conjoint, un ancien militaire a été accusé de meurtre. Ce dernier a déjà souffert de syndrome post-traumatique.