La députée Françoise Boivin.

Les gants seront vite jetés, prédit Boivin

Stephen Harper semblait déjà se préparer à la campagne électorale hier. Dans un discours livré devant ses partisans, le premier ministre du Canada a insisté sur les thèmes qui seront très certainement répétés d'ici le 19 octobre.
Sous forme de bilan, le chef conservateur a rappelé les peines plus sévères pour les jeunes contrevenants et le retour à l'équilibre budgétaire prévu dans le prochain budget.
Selon la députée de Gatineau, Françoise Boivin, ça laisse présager une session parlementaire éreintante où les attaques se multiplieront.
«Chaque parti va essayer de se positionner, donc je ne m'attends pas à ce que ce soit des tons sympathiques. Je m'attends plutôt à ce que ça soit assez musclé, comme ce l'était avant les Fêtes. Ça va tester beaucoup notre tempérament», affirme Mme Boivin.
Sur un point de vue plus personnel, l'élue néo-démocrate sera encore très occupée. Dans son discours, le premier ministre a mentionné son intention de revoir la définition d'une peine de prison à vie pour empêcher des criminels endurcis de trouver une liberté conditionnelle après 25 ans.
«Je m'attends, comme ç'a été le cas depuis que j'ai été nommée porte-parole de l'Opposition officielle en matière de justice, à ne pas manquer de travail», lance Françoise Boivin.
Préparation électorale
En plus de ses fonctions à la Chambre des communes, Mme Boivin devra également garder un oeil sur l'organisation de sa campagne électorale.
Si les plus récents sondages indiquent que les libéraux et les conservateurs se détachent des néo-démocrates, la députée de Gatineau est convaincue qu'il s'agira d'une véritable course à trois. «On ne sait pas comment ça va finir. C'est à nous de faire valoir notre travail.»