Les distractions au volant dans la mire de la PPO

«Les yeux sur la route». C'est le message qu'entend marteler la Police provinciale de l'Ontario (PPO) dans l'Est ontarien, lors des prochains mois, dans le cadre de sa campagne contre la distraction au volant.
Les agents du territoire de Prescott et Russell auront particulièrement à l'oeil les virtuoses du texto et les accros du téléphone portable.
«La distraction au volant est la 4e cause de collision dans la région, après l'alcool au volant et l'agressivité au volant. Nous voulons cibler ce comportement pour faire passer le message. Notre stratégie combine le renforcement avec la prévention», note le constable Pierre Dubois, de la Police provinciale de Hawkesbury.
Dans la région de Prescott et Russell, le pourcentage d'accidents liés à la distraction frôle les 19% alors que la moyenne provinciale se situe à un peu plus de 9%.
Plus que le cellulaire
Mais la distraction sur la route ne s'arrête pas là. La PPO veut du même coup briser le mythe selon lequel il n'y a que le cellulaire comme élément de distraction en voiture. Manger, se maquiller, sélectionner une liste de chansons sont là des comportements que veulent casser les autorités policières et qui sont même passibles de contraventions.
«Des comportements de distraction au volant, on en voit de toutes les couleurs», confie le constable Dubois.
En Ontario, une infraction pour avoir manipulé un téléphone cellulaire ou autre appareil électronique en conduisant est passible d'une amende de 155$.
Des comportements comme se maquiller ou se raser au volant, par exemple, sont considérés comme une infraction de conduite imprudente et peu mener à une contravention de 325$ et peut aller jusqu'à des accusations criminelles si la conduite est jugée dangereuse et négligente.
Sbgauthier@ledroit.com