L'équipe nationale junior de baseball de Cuba a suscité l'intérêt des amateurs de baseball gatinois dimanche. Ils étaient plus de 1000 personnes au parc Sanscartier pour assister à cette visite historique. Les jeunes Cubains ont vaincu le Hull-Volant de Gatineau 5-2.

Les Cubains populaires à Gatineau

On se serait cru aux belles années de l'association sportive du Hull-Volant au milieu des années 1930.
Les estrades n'ont pas suffi. Il a fallu ajouter 350 chaises et les éparpiller le long des champs gauche et droit pour accommoder tous ces amateurs de baseball qui voulaient voir l'équipe nationale junior du Cuba se frotter au Hull-Volant de Gatineau dimanche soir au parc Sanscartier.
« La Ville n'a pas été en mesure d'ajouter des estrades, alors on s'est ramassé 10 bénévoles en matinée pour aller chercher ces 350 chaises au club. Ce match est un succès monstre. Les chaises sont toutes occupées. Les gradins aussi et il y a plein de monde debout », s'est exclamé le président du Hull-Volant, Marco Daigle.
Ce dernier a estimé qu'une foule d'un peu plus de 1000 personnes avait assisté à la visite historique de la délégation cubaine. Ceux qui ont réussi à se trouver un stationnement près du parc n'ont pas été déçus du spectacle offert par les jeunes joueurs de 15 à 18 ans de l'île castriste.
Les visiteurs ont signé une victoire de 5-2 en jouant du baseball impeccable. Ils n'ont commis aucune erreur alors que le Hull-Volant n'a pas été aussi parfait. Quatre erreurs ont couru à sa perte, sinon il aurait eu une chance réelle de devenir la troisième équipe du Québec à vaincre les Cubains, qui présentent maintenant une fiche de 9-2 dans leur tournée de la Belle Province.
Clinique de baseball
L'entraîneur-chef du « HV » Michel Landriault a impressionné par la clinique de baseball offerte par les joueurs cubains. 
« Il aurait fallu être parfait pour gagner. Ils l'ont été. Pas nous. Nous avons offert une bonne opposition, mais nous aurions pu faire mieux. Il faudra apprendre d'eux. Ils ont démontré un contrôle et une discipline au bâton. Ils peuvent frapper n'importe où. Nous avons réalisé un premier retrait au bâton contre eux dans la dernière manche. Puis, leur receveur a été incroyable ! »
Les Gatinois affrontaient un lanceur, Brayan Chi, qui avait réalisé un match sans point ni coup sûr avec seulement 63 tirs à Coaticook. Ils ont réussi à lui soutirer six coups sûrs en quatre matches et deux tiers. Cédrik Pellerin a certainement eu son numéro alors qu'il a frappé trois coups sûrs en quatre présences au bâton. Danick Jeanvenne a aussi placé la balle en lieux sûrs deux fois.
Les locaux avaient les buts remplis en cinquième manche avec un pointage de 5-2 quand son releveur a obtenu le dernier retrait pour mettre fin à la menace gatinoise.
Expérience culturelle
« Un club comme ça ne te donne pas de chance. Ils ont réussi tous les jeux, a expliqué Cédrik Pellerin. Du premier au neuvième frappeur, ils étaient tous dangereux. Leurs lanceurs n'accordaient pas vraiment de buts sur balles. C'est une expérience culturelle que je n'oublierai jamais. C'est mon premier match international. J'ai vu une équipe très agressive, très vocale, surtout le receveur ! Je n'avais jamais vu ça de ma vie, un receveur aussi impliqué dans le jeu. »
Pellerin a aimé l'ambiance qui régnait au parc Sanscartier avec cette foule gigantesque venue assister à un événement hors de l'ordinaire. « Je n'avais jamais vu autant de monde à un de nos matches. Il y avait du monde pendant nos séries l'an dernier, mais rien comme ça. »
Terrain apprécié
Chez les Cubains, le gérant Alexi Martinez a apprécié la réception gatinoise, qui avait invité plusieurs dignitaires avant le match.
« Depuis le début de notre tournée, j'ai bien aimé la surface synthétique au stade de Québec, sinon le terrain de Gatineau est le plus beau que j'ai vu. »
En ce qui concerne le baseball, Martinez a dit que la tournée cubaine au Québec se déroulait rondement. « Nous n'avions pas d'attentes par rapport au calibre de jeu. Notre seul objectif, c'est de nous préparer au Championnat du monde de baseball junior (qui aura lieu à Thunder Bay au mois d'août). Que le pointage soit 1-0 ou 27-0, nous allons toujours jouer de la même façon. »
Au monticule, Zakary Gignac a travaillé dans les cinq premières manches où il a accordé neuf coups sûrs et quatre points (trois mérités). Philippe Charlebois a lancé la sixième manche et donné un point alors que Francis Krakana a tenu les Cubains en échec dans la septième manche.