Les dirigeants interrogés distinguent trois grandes tendances qui auront un impact majeur sur l'avenir de leurs entreprises: les avancées technologiques, les changements démographiques et des modifications de la puissance économique.

Les chefs d'entreprises plus optimistes pour 2014

Le Fonds monétaire international (FMI) est légèrement plus optimiste au sujet de la croissance des économies mondiale, américaine et canadienne cette année qu'il ne l'était il y a trois mois.
Dans la dernière mise à jour de ses perspectives de l'économie mondiale, rendue publique mardi, le FMI prévoit que la croissance mondiale se situera à 3,7 pour cent et que la croissance américaine sera de 2,8 pour cent en 2014. En octobre, l'organisation avait prédit que les économies mondiale et américaine enregistreraient une croissance de 3,6 pour cent et 2,6 pour cent, respectivement.
À la suite d'un lent départ, la croissance économique mondiale a pris du rythme durant la deuxième moitié de 2013, de sorte qu'elle s'est élevée à trois pour cent pour l'ensemble de l'année. Le FMI s'attend à une croissance encore plus prononcée cette année.
La croissance économique des États-Unis devrait avoir été de 1,9 pour cent en 2013, selon le FMI. La prévision faite par l'organisme d'une croissance de 2,8 pour cent cette année égalerait la croissance de 2012.
Le FMI s'attend également à ce que l'économie américaine enregistre une croissance de trois pour cent d'ici à 2015, soit 0,4 point de pourcentage de moins sa prévision d'octobre. Il a expliqué cette révision à la baisse par le récent accord budgétaire prévoyant que la plupart des réductions automatiques de dépenses seront maintenues, contrairement à ce qu'il avait prévu.
Croissance un peu plus marquée au Canada
Par ailleurs, le FMI prévoit que la croissance économique du Canada atteindra 2,2 pour cent cette année et 2,4 pour cent en 2015. Il y a trois mois, il avait prédit une croissance de 2,1 pour cent pour l'année qui vient de débuter et de 2,3 pour cent pour la prochaine.
En ce qui a trait à la zone euro, qui émerge de la récession et s'engage sur la voie de la reprise, la croissance devrait se renforcer et atteindre un pour cent en 2014 puis 1,4 pour cent en 2015.