Le président des BDT, Alain Geoffroy, et son vice-président Marc Godin sont confiants que les travaux de construction de l'usine débuteront en 2014, dans le parc industriel de l'aéroport.

Les BDT grandiront au Québec

L'expansion industrielle de la microbrasserie Les Brasseurs du temps (BDT) prend forme. Une chose est certaine, c'est au Québec que leur usine sera construite afin de répondre aux demandes du marché de la Belle Province.
Les dirigeants des BDT, qui ont flirté avec l'idée d'aménager leurs futures installations industrielles à St-Isidore, dans l'Est ontarien, confirment aujourd'hui que le scénario premier est plutôt de s'installer dans l'est du secteur Gatineau, le long de la 50.
«Pour l'endroit, c'est assez officiel. Ce qu'on veut faire aussi », avance le président de l'entreprise, Alain Geoffroy. Mais disons que le site se trouvera probablement le long d'une autoroute qui porte le nom d'une bière...»
En entrevue avec LeDroit en juillet 2012, le vice-président et responsable du développement des affaires des BDT, Marc Godin, mentionnait que le parc agroalimentaire près de l'aéroport de Gatineau faisait partie du nombre des sites envisagés.
«Nous avons décidé de prioriser et bien desservir le Québec en premier. Il s'agit de notre marché primaire. L'Ontario n'a jamais été notre plan A», souligne M. Godin.
Suffire à la demande
Depuis que les BDT ont commencé à embouteiller leurs produits en 2011, à l'occasion du Salon du livre de l'Outaouais, la demande n'a cessé d'augmenter.
«On étire l'élastique en ce moment, soutient M. Geoffroy. À Montréal, par exemple, il y a un dépanneur spécialisé en bières artisanales qui nous demande une palette de nos produits et tout ce qu'on peut lui fournir est une caisse de 12.»
«Il y a des centaines de points de vente de bières spécialisées au Québec qui attendent nos produits de pied ferme, ajoute M. Godin. Mais on ne peut pas fournir. Ils sont patients et donc, il faut qu'on bouge.»
La mise sur pied d'une usine industrielle devrait permettre de soulager la soif des amateurs de bières artisanales aux quatre coins de la province. On prévoit produire 10 fois plus de bières qu'au site de la microbrasserie du Vieux-Hull.
«Ce qu'on produit en une journée d'embouteillage au BDT, on fera le double en une heure à l'usine, explique Dominique Gosselin, maître-brasseur de l'entreprise. Comme les coûts de production seront moindres, ça nous laisse une plus grande marge de manoeuvre pour la distribution et l'exportation.»
Les dirigeants gardent espoir que les travaux de construction des installations de 20 000 pieds carrés s'amorceront cette année. L'endroit choisi doit aussi permettre l'agrandissement du site si jamais la demande s'accentuait davantage. Les premiers brassins, eux, devraient suivre en 2015.
«On aimerait faire de la petite bouteille aussi. On veut que notre bière soit la plus accessible possible», informe M. Geoffroy.
Cette expansion ne signifie cependant pas la fin du brassage aux BDT, coin Papineau et Montcalm.
«Non. Ça va plutôt être une excellente occasion de répondre à toutes les demandes, telle la création d'une bière de collaboration avec un autre brasseur. On y brassera aussi nos bières spécialisées. Ça va devenir notre laboratoire», explique le maître-brasseur.
L'annonce officielle des travaux d'expansion devrait survenir plus tard cette année, possiblement lors des festivités du cinquième anniversaire du BDT, en mai prochain.