Le chef caquiste François Legault.

Legault remet en cause les compétences de Marois et Couillard

Pauline Marois et Philippe Couillard n'ont pas les compétences pour gérer le Québec parce qu'ils sont respectivement travailleuse sociale et médecin.
C'est ce qu'a déclaré le chef caquiste François Legault en conférence de presse samedi matin à Québec. Il a affirmé que le Québec a actuellement besoin d'un gestionnaire et entrepreneur.
«J'ai de l'expérience dans le redressement (d'entreprises), et je crois que pour être capable, au Québec, d'avoir un vrai plan de redressement, c'est mieux d'avoir un comptable, un entrepreneur, un gestionnaire, que d'avoir une travailleuse sociale ou un médecin.»
Il a ainsi fait allusion à la formation de neurochirurgien de M. Couillard et celle de travailleuse sociale de Mme Marois, tout en omettant de préciser qu'elle détient tout de même une maîtrise en administration des affaires des Hautes Études commerciales (HEC).
À l'opposé, le chef caquiste a fait valoir sa feuille de route de cofondateur et grand patron d'Air Transat, sa formation de comptable et son expérience en redressement d'entreprise. Mais, en plus de la formation et du choix de carrière qui importe dans le choix du prochain premier ministre du Québec, il ajoute un autre critère qui joue en sa faveur, selon lui: la passion.
Il a soutenu qu'il a toujours été passionné d'économie, du plus loin qu'il se rappelle. «Il n'y a personne qui peut nier que moi, c'est ma passion, l'économie, la gestion. C'est ça que j'ai choisi comme carrière avant la politique. Ça, c'est factuel.»
M. Legault a soutenu que ses rivaux n'ont pas la passion de l'économie et de la gestion. Selon M. Legault, créer des emplois sera pour eux un «travail à temps partiel».
Le chef caquiste s'est défendu d'être méprisant envers ses adversaires.
«Ce n'est pas méprisant, chacun ses spécialités, et puis c'est factuel», a-t-il rétorqué.
Il se défend aussi de vouloir mettre des gestionnaires à la tête de tous les ministères.