Michel Fugain
Michel Fugain

Le saltimbanque des quatre saisons

Yves Bergeras
Yves Bergeras
Le Droit
Au mitan d'une tournée de douze dates au Québec, Michel Fugain s'arrête samedi à la Maison de la culture de Gatineau, où il présentera quelques titres de son nouvel album, Bon an mal an, mais aussi nombre de ses grands succès, question de faire durer Une belle histoire d'amour indéfectible entre le Français et son public Québécois.
Un florilège? «Non, tranche aussitôt l'artiste. Florilège, ça voudrait dire 'je vais chanter et vous allez m'applaudir'. Non! Je vais vous raconter une histoire et l'illustrer avec des chansons (...) placées en fonction du sens, et non pas en fonction d'une liste, avec tous les tubes à la fin pour s'assurer d'obtenir les applaudissements. Le sens, c'est ce vers quoi je vous emmène...»
«Oui, je vais chanter des chansons de toutes les époques, même celles que vous n'avez pas encore entendues, parce que c'est vrai que ça fait longtemps que je n'étais pas venu au Québec, vu que je n'avais pas de distributeur. Par exemple, vous ne connaissez pas La Bête immonde», une grande et belle chanson sur le fascisme, l'intégrisme et tous les connards qui, au nom d'une religion ou d'une façon de penser rigide, sont capables de faire beaucoup de mal et d'accentuer la xénophobie; elle ne vous concerne pas forcément, mais je ne vais pas me priver de vous la faire.»
Convenant que «les gens ne sont pas là uniquement pour découvrir, et veulent entendre des chansons qu'ils connaissent», l'artiste croit toutefois qu'«ils sont tellement pris par le sens du spectacle Bon an mal an, qu'au bout d'un moment ils se foutent éperdument de quelle chanson vient après quoi. J'ai réalisé que les gens redécouvrent ces chansons: à cause des enchaînements, ils les entendent autrement et avec le sens exact», guidés par les textes de celles qui ont précédé.
Au téléphone, ce «saltimbanque» autoproclamé se marre, digresse, jongle avec les idées ou prend le temps de slammer quelques bribes de Dans mes poches, extrait de Bon an mal an.
Son matériel plus récent, qui devait prendre la forme de quatre mini albums correspondant à chacune des quatre saisons, aura finalement été regroupés en un double album de 24 titres - ou une version allégée ne comportant que 13 morceaux.
Plus de détails dans LeDroit du 17 octobre 2012 ou sur ledroitsurmonordi.ca
POUR Y ALLER :
OÙ ? Maison de la culture de Gatineau
QUAND ? samedi 20 octobre, 20 h
RENSEIGNEMENTS ? : 819-243-2525,
www.maisondelaculture.ca
Ybergeras@ledroit.com