Le chercheur principal de l'étude, Norm O'Reilly.

Le poids économique des Sénateurs importe peu

Les résultats d'une étude empirique de l'Université d'Ottawa (Ud'O) démontrant l'impact économique des Sénateurs d'Ottawa, dévoilés par LeDroit dans son édition de lundi, n'auraient pas changé la décision des élus de la capitale nationale, l'été dernier, d'accepter la construction d'un casino près du domicile du site du club de hockey de la LNH, estime le maire Jim Watson.
«Je ne crois pas non, même si nous avions eu ces résultats à l'époque, a-t-il déclaré lundi après que l'étude d'un chercheur de l'Université d'Ottawa eut été rendue publique dans le cadre du dîner annuel des présidents de la Chambre de commerce d'Ottawa.
«Nous savons depuis toujours que les Sénateurs sont un joueur important dans la communauté. Toutefois, ce qui est ressorti de tout le débat entourant l'aménagement d'un casino est qu'il y avait très peu d'appuis pour une maison de jeux dans la municipalité, peu importe son lieu. Au bout du compte, nous avons élaboré un plan qui plaît à plus de gens possible», a rappelé le maire Watson.
En 2012, la Société des loteries des jeux de l'Ontario avait décidé d'entreprendre une «modernisation» de son modèle d'affaires pour favoriser la venue de 29 nouveaux casinos, dont un à Ottawa. À l'époque, le maire souhaitait la venue d'une maison de jeu au centre-ville pour rivaliser avec le Casino du Lac-Leamy de Gatineau et ainsi récupérer des millions de dollars perdus sur la rive outaouaise. Mais le 28 août dernier, les élus ont plutôt donné le feu vert à un projet de casino format réduit de 21 tables avec croupiers à l'hippodrome Rideau-Carleton, «le seul emplacement acceptable», mettant un point final à un long et tortueux débat sur l'élargissement de l'offre de jeu de hasard.
Menaces de poursuites
Cette décision avait ulcéré le propriétaire des Sénateurs d'Ottawa, Eugene Melnyk, qui planchait depuis 2006 sur un projet de maison de jeu à côté du domicile de l'équipe de hockey, dans le secteur Kanata. Le milliardaire a même menacé de poursuivre la Ville.
«Les Services juridiques n'ont pas été servis, ou mis au courant, de toute procédure judiciaire par M. Melnyk contre la Ville», a signalé lundi par courriel David White, gestionnaire des litiges et des relations de travail pour la municipalité.
Les Sénateurs d'Ottawa génèrent annuellement plus de 100 millions $ de retombées directes dans la capitale, a révélé l'étude de l'Ud'O, dirigée par le chercheur Norm O'Reilly, une sommité en économie du sport.
«Il s'agit de chiffres très conservateurs, a-t-il rappelé lundi. L'impact économique est majeur [...] Ottawa subirait certes des contrecoups si jamais l'équipe quittait la ville. Mais est-ce que cela signifierait la mort de la municipalité? Absolument pas.»
Néanmoins, la direction des Sénateurs d'Ottawa affirme qu'elle aurait bien aimé pouvoir compter sur ces résultats, l'été dernier, alors que le torchon brûlait entre le maire Watson et M. Melnyk sur l'emplacement d'un nouveau casino dans la capitale.
«Ça aurait été utile de les avoir lors des discussions, parce que (l'hippodrome) Rideau-Carleton lançait ses propres chiffres, qui n'étaient pas basés sur des études», a indiqué Cyril Leeder, président de Senators Sports & Entertainment.