Mme Vallée a l'intention de rencontrer le maire de Gatineau aujourd'hui en plus d'autres représentants du front commun régional.

Le PLQ de l'Outaouais s'attarde à l'industrie forestière

Le Parti libéral du Québec (PLQ) propose de revoir l'application de certains éléments du nouveau régime forestier afin de l'adapter aux réalités et aux particularités de l'industrie forestière de l'Outaouais.
La députée libérale sortante dans Gatineau, Stéphanie Vallée, a précisé que cette ouverture cadrait avec la stratégie spécifique qu'entend développer le PLQ pour la forêt feuillue. «Notre forêt, ici, est mixte [feuillus et conifères], ce qui provoque d'importants défis pour les activités de coupes forestières et la mise en marché du bois. Il faut se pencher sur cette question, voir comment nous pourrions adapter notre régime forestier parce qu'il y a des difficultés d'application ici qu'on ne retrouve pas ailleurs où la forêt est homogène.»
Malgré les demandes du Droit, le Parti québécois n'a pas été en mesure de déléguer un porte-parole local capable d'expliquer les propositions du parti à l'intention du secteur forestier de la région.
Le nouveau régime forestier a eu pour effet de réduire les garanties d'approvisionnement en bois pour les entreprises forestières. Une partie du bois pouvant être récolté doit être mise en vente aux enchères. La mixité de la forêt en Outaouais complique la mise en application de ce concept parce que plusieurs essences ne trouvent pas preneur. Les coûts engendrés par les coupes forestières, dans de telles conditions, deviennent trop importants.
«On doit réévaluer les ventes et revoir le pourcentage du bois qui est mis aux enchères, croit Mme Vallée. Il faut revoir les règles quant à la planification des travaux forestiers et concernant la mise en vente du bois. Il faut permettre une certaine flexibilité dans le régime pour l'Outaouais. Si nous appliquons ce régime à la lettre, sans nous soucier des particularités régionales, nous ne faisons que poser des obstacles importants à notre industrie. Il faut revoir la mise en application du régime et il faut agir rapidement.»
Tarifs d'électricité
La députée sortante dans Gatineau ajoute que son parti prévoit aussi revoir les tarifs d'électricité que doivent débourser les entreprises forestières. «Hydro-Québec a des surplus d'électricité, note-t-elle. Il faudrait voir comment nous pourrions utiliser ces surplus pour appuyer nos entreprises forestières en région. De meilleurs tarifs d'électricité pourraient permettre de stimuler l'économie dans les régions forestières.»
Travaux sylvicoles
Les travailleurs forestiers doivent aussi avoir l'assurance que le gouvernement financera correctement les travaux sylvicoles, soutient Mme Vallée. Elle accuse le PQ de ne pas avoir livré la marchandise dans ce domaine, même d'avoir procédé à de douloureuses réductions budgétaires pour la région de l'Outaouais.
«Les travaux sylvicoles sont importants pour la création d'emplois, mais aussi pour la mise en valeur de la forêt», dit-elle. Ainsi, le PLQ promet de porter à 225 millions$ par année, pendant cinq ans, l'enveloppe destinée à ce type de travaux. Il promet aussi de remettre en place le crédit d'impôt pour inciter les entreprises à investir dans le réseau routier forestier.