Nycole Turmel

Le Parlement dit oui aux pétitions électroniques

Les pétitions électroniques des Canadiens pourront être déposées au Parlement canadien, à la suite de l'adoption d'une motion présentée par le député néo-démocrate Kennedy Stewart.
«La Chambre des communes met enfin le pied dans le XXIe siècle», s'est réjouie sa collègue de Hull-Aylmer, Nycole Turmel, à la suite de l'adoption de la motion.
Jusqu'à maintenant, seules les pétitions en format papier étaient acceptées par la Chambre des communes, alors que les pétitions électroniques, qui reçoivent pourtant des milliers de signatures de Canadiens, ne peuvent pas être soumises au Parlement et sont simplement mises de côté.
Par exemple, une pétition comme celle mise en ligne par une citoyenne de Cambridge contre le projet de Postes Canada de mettre fin à la livraison à domicile - et qui a recueilli 134489 signatures jusqu'à hier - n'aurait pu se rendre au Parlement dans sa forme actuelle.
À la suite du vote sur la motion, un comité parlementaire doit maintenant se pencher sur son impact au cours de l'année et formuler des recommandations pour établir un système de dépôt des pétitions électroniques.
À l'Assemblée nationale du Québec, les citoyens peuvent déjà participer au processus démocratique de diverses façons, incluant les pétitions électroniques qu'ils peuvent eux-mêmes lancer. Ils peuvent aussi participer au débat des parlementaires en transmettant leurs idées par la voie électronique.
Par ailleurs, la motion néo-démocrate de cette semaine proposait également le déclenchement d'un court débat au Parlement lorsqu'une pétition récolte un nombre important de signatures et qu'elle est appuyée par au moins cinq députés.