Le NPD veut limiter les frais au guichet automatique

Les députés débattent lundi au Parlement d'une motion du Nouveau Parti démocratique (NPD) visant à limiter le coût des transactions par guichet automatique.
Pour le NPD, les banques engrangent des profits record pendant que les Canadiens ont de la difficulté à joindre les deux bouts et doivent en plus payer des frais exorbitants lorsqu'ils retirent leur propre argent.
Le député néo-démocrate Glenn Thibeault affirme que payer deux ou trois dollars pour en retirer 40 au guichet n'a aucun sens.
«Les Canadiens sont en colère, et avec raison», a-t-il dit lors du débat.
Les néo-démocrates pressent le gouvernement d'agir et d'imposer aux banques une limite de frais.
Ils suggèrent un maximum de 50 cents par transaction lorsqu'un consommateur retire des billets d'un guichet automatique qui n'appartient pas à sa banque.
Le NPD avance qu'un tel retrait au guichet ne coûte à la banque ou à la caisse populaire que 36 cents pour effectuer le virement.
Bref, les banques feraient toujours des profits avec ces transactions, mais le tout serait plus juste pour les consommateurs, a fait valoir M. Thibeault.
«Les profits ne seraient toutefois pas aussi faramineux», a précisé sa collègue néo-démocrate Annick Papillon.
La suggestion du NPD ne vise que les banques régies par le fédéral, et non pas les guichets automatiques privés, que l'on retrouve souvent dans les commerces et restaurants, et qui ne sont pas affiliés à une institution financière.
Le gouvernement va vraisemblablement s'opposer à la motion et ainsi la faire rejeter.
Le député conservateur Mike Allen, qui siège au comité des finances, affirme qu'il faut envisager les conséquences inattendues de la motion du NPD.
Il croit que l'imposition d'un plafond de frais pourrait mener au retrait de guichets, et que dans les zones rurales, cela forcerait les personnes âgées à parcourir de plus grandes distances pour avoir accès à leur argent.
Il a aussi souligné que 75 pour cent des transactions bancaires se font dans un guichet lié à l'institution financière des consommateurs, et qu'ils sont donc en mesure d'éviter de tels frais.
M. Allen a indiqué qu'il votera contre la motion et a ajouté que la plupart de ses collègues feront de même.
La semaine dernière, le premier ministre Stephen Harper avait indiqué que son gouvernement s'inquiétait des effets de «certains frais et pratiques bancaires auprès des consommateurs et des petites entreprises». Il n'a pas indiqué si le budget, qui sera déposé le 11 février, contiendra une mesure en ce sens.
Le vote sur la motion devrait avoir lieu mardi.