Le ministre responsable de l'Outaouais, Stéphane Bergeron.

Le ministre Bergeron nie les rumeurs d'élections

De passage dans la région hier pour procéder à trois annonces, le ministre responsable de l'Outaouais, Stéphane Bergeron, a nié que son gouvernement était en mode «préélectoral».
M. Bergeron en était un deuxième séjour dans la région en moins de deux semaines. Le 28 janvier, le ministre et son collègue responsable des Régions, Gaétan Lelièvre, avaient notamment dévoilé les détails de la nouvelle Politique nationale de la ruralité 2014-2024, annonçant du même coup un octroi de 5 millions de dollars pour les quatre MRC de l'Outaouais pour l'année en cours. 
M. Bergeron soutient qu'il n'y a aucun lien entre sa récente tournée et un éventuel scrutin qui pourrait être déclenché ce printemps. Il dit simplement tenir sa promesse, lui qui s'était engagé à visiter la région au moins une fois par mois lorsqu'il a été nommé dans ses fonctions. 
«Ces annonces sont effectivement le résultat des analyses qui sont faites par les différents ministères et organismes du gouvernement du Québec à l'égard de projets qui ont été développés et de dossiers qui ont progressé et cheminé dans les officines gouvernementales. Dès le moment où nous sommes en mesure de procéder aux annonces, nous venons les faire», a-t-il affirmé, hier, fin de journée, lors de son passage à Papineauville.
«Je n'ai pas le sentiment qu'ici en Outaouais, nous avons un nombre anormalement élevé d'annonces par rapport à ce que nous avons fait comme annonces depuis mon entrée en fonction. Alors pour celles et ceux qui veulent y voir un parfum électoral, à ce moment-là, ça voudrait dire que nous sommes en parfum électoral depuis septembre 2012», a-t-il ajouté.
Quant à la première ministre, Pauline Marois, elle devrait débarquer en Outaouais sous peu, a laissé entendre M. Bergeron. «J'ai eu l'occasion de signaler à maintes reprises au cours des dernières semaines que Mme Marois avait indiqué qu'elle souhaitait faire la visite de toutes les régions du Québec alors elle viendra donc en Outaouais», a souligné le ministre.
La dernière visite de Pauline Marois en Outaouais remonte à août 2012. Elle avait effectué une visite éclair dans la circonscription de Papineau, quelques jours avant le scrutin.
Logements sociaux dans le Plateau
Le complexe d'habitation Le Conservatoire a ouvert ses portes, hier, devenant du même coup les premiers logements sociaux du Plateau. Les 47 unités d'habitation ont été inaugurées par le ministre responsable de l'Outaouais, Stéphane Bergeron.
«En 2006, quelque 5500 ménages locataires consacraient plus de 50% de leurs revenus au logement, à Gatineau. Ici, dans ce complexe d'habitation, 24 des ménages qui y vivront n'y consacreront que 25%», a indiqué le ministre.
Le projet de 7,7 millions$ - dont 3,3 millions$ versés par la Société d'habitation du Québec (SHQ) - comprend sept édifices et 47 logements. La Ville de Gatineau (972000 $) et d'autres partenaires du milieu ont fourni 1,1 million$, tandis que le promoteur, Habitations de l'Outaouais métropolitain, a contracté une hypothèque de 3,3 millions$ pour compléter le financement.
Le président des Habitations de l'Outaouais métropolitain, Denis Bergeron, souligne que Le Conservatoire est le premier complexe de logements sociaux dans le Plateau, favorisant par le fait même la mixité sociale du quartier.
850000$ pour l'aqueduc de Papineauville
Le réseau d'aqueduc de Papineauville subira une cure de rajeunissement au cours de la prochaine année. Le ministre responsable de l'Outaouais, Stéphane Bergeron, a confirmé hier l'octroi de 852000$ pour l'installation de nouvelles conduites d'eau potable sur le territoire de la municipalité.
L'enveloppe servira à remplacer des sections de canalisation sous les rues Henri-Bourrassa et Saint-Julien. Près d'un kilomètre de tuyauterie sera renouvelé. Le réseau d'aqueduc de Papineauville a été construit dans les années 1960, mais n'a jamais subi de remplacements depuis.
La durée de vie d'une telle infrastructure est d'environ 50 ans. «Nous arrivons à la fin de vie de l'ensemble de nos tuyaux, explique le maire suppléant, Paul Gagnon. C'est tout le réseau qui en souffre. Tout est périmé en même temps.»
Le CSSSG désigné pour le cancer du poumon
Au même titre que 16 autres établissements à travers le Québec, le CSSS de Gatineau a officiellement été désigné centre affilié pour le traitement du cancer du poumon, hier, par le ministre de la Santé, Réjean Hébert. Les établissements bénéficiant de ce statut doivent répondre à une série de critères qui ont fait l'objet d'une consultation étendue et qui seront révisés tous les deux ans.
Selon la Société canadienne du cancer, environ 7800 personnes ont reçu l'an dernier un diagnostic de cancer du poumon, et du nombre, 80% en sont décédés.