Daniel Lafleur s'investit dans le monde des chorales depuis plusieurs années.

Le Gregory Charles de l'Outaouais

Daniel Lafleur a consacré sa vie à la musique et au chant choral. Ce musicien et professeur de musique du secteur Buckingham a formé une chorale spécialement pour le concours «Chantez pour Sainte-Justine avec Céline Dion», organisé par la Fondation de l'Hôpital Sainte-Justine de Montréal. Aujourd'hui, LeDroit et Radio-Canada lui rendent hommage en lui décernant le titre de Personnalité de la semaine.
Daniel Lafleur a toujours su qu'il ferait de la musique, même s'il a grandi dans une famille de six garçons où personne ne s'intéressait vraiment à la musique.
«J'ai commencé à l'âge de neuf ans en suivant des cours pour débutants. Dès l'âge de 11 ans, je jouais de l'orgue dans les églises lors des mariages. Je jouais même dans les bars, à Masson, à l'âge de 13 ans, sous la supervision de mon père qui s'empressait de me faire sortir de là, lors des pauses et dès que j'avais fini de jouer. À cet âge-là, j'ai aussi commencé à enseigner le piano à des gens que je connaissais, des voisins et des amis», raconte le musicien qui est l'organiste attitré de l'église Saint-Grégoire de Naziance, de Buckingham.
Par la suite, il a entamé des études en musique au Conservatoire de musique de Gatineau et il est devenu organiste. Avant même que ses études soient terminées, il a fondé sa propre école de musique, le Studio de musique Daniel Lafleur, toujours à Buckingham. Cette école existe encore et il la dirige avec son épouse qui enseigne le chant et la flûte traversière. Durant l'été, l'école de musique se transforme en camp de jour pour les enfants qui apprennent les rudiments de la musique. «On reçoit des groupes d'une dizaine de jeunes et il n'est pas nécessaire qu'ils aient déjà fait de la musique. Il y a toujours un élève plus avancé qui vient en aide aux autres. On adapte l'enseignement au niveau des jeunes et, à la fin de la semaine, ils présentent un petit spectacle», explique-t-il.
Dans le monde des chorales
En plus de la musique, celui qu'on a déjà surnommé le Gregory Charles de l'Outaouais s'est investi dans le monde des chorales et, dès son jeune âge, il a accompagné une chorale de Hull à Rome, où il a eu la chance de jouer de l'orgue dans la Basilique Saint-Pierre.
Il dirige sept chorales: le Choeur de la chanterelle (Buckingham), le Choeur du temps (Centre des aînés de Gatineau), la Chorale des quatre jeudis, le Choeur à l'unisson, le Choeur Gospel Heart and Soul (Buckingham), le Choeur Ensemble vocal Hémiole (Lachute), et le Choeur du village du quartier Templeton. De plus, il organise des ateliers d'éveil musical dans les garderies de la région.
Avec le Choeur de la chanterelle, il a participé à une tournée de spectacles en Suisse, aux concerts du Mondial de chorale à Laval et à diverses activités spéciales dont des concerts avec des artistes professionnelles telles que Marie-Michèle Desrosiers, Johanne Blouin et Élizabeth Blouin-Bratwaite.
«Les chorales sont de plus en plus populaires, après avoir traversé une période un peu plus creuse au courant des années 1990. La popularité des chorales est en hausse. Les gens le font surtout pour le plaisir et le succès ne se mesure pas seulement en fonction de l'assistance. Le Choeur de la chanterelle est allé présenter un concert à Val-des-Bois, avant Noël et il y avait peut-être 75 personnes dans la salle, alors que la chorale comprend 75 chanteurs. Le chant, c'est la santé.»
La passion de l'aviation
Il lui reste peu de temps pour les loisirs, mais il réussit tout de même à assouvir son autre passion: l'aviation.
«Lorsque j'étais jeune, je disais toujours que je ferais de la musique et que je piloterais des avions. En 1998, j'ai eu l'occasion de m'inscrire à un cours de pilotage et quelques années plus tard, j'obtenais mon brevet de pilote. Je suis maintenant copropriétaire (avec six partenaires) d'un petit avion qui est stationné à l'aéroport de Rockcliffe à Ottawa. Parfois, la fin de semaine, je pilote l'avion durant quelques heures. J'adore ça. Aujourd'hui, mes amis me disent tous qu'ils ne sont pas surpris que je sois musicien et pilote, car j'en parlais constamment avec eux pendant ma jeunesse.»
Daniel Lafleur a 46 ans et il prévoit garder ce rythme de travail aussi longtemps que possible. «Je n'ai pas vraiment l'impression de travailler, comparativement à d'autres personnes qui rentrent au bureau tous les matins. J'aime beaucoup ce que je fais. C'est un plaisir quotidien», conclut-il.
ctheriault@ledroit.com
Rencontrez la Personnalité de la semaine le lundi dans LeDroit, ainsi qu'à 8 h 40 à l'émission Bernier et Cie, animée par Carl Bernier sur ICI Radio-Canada Première 90,7 FM, et au Téléjournal Ottawa-Gatineau de 18 h présenté par Mathieu Nadon sur ICI Radio-Canada Télé.
À chaque semaine, un jury formé de représentants des rédactions du quotidien LeDroit, ainsi que d'ICI Ottawa-Gatineau, nomme un lauréat afin de souligner une réalisation exceptionnelle ou une contribution significative à la vie ou au rayonnement de la région. Vous connaissez une personne qui mériterait d'être nommée ? Écrivez-nous à nouvelles@ledroit.com.