Les aventures d'Alice au pays des merveilles, du Ballet national du Canada, est une des productions les plus attendues de la saison.

Le grand ballet des «langues officielles»

Les grandes troupes de ballet au pays, subventionnées en partie par le gouvernement canadien par le biais du Patrimoine canadien et du Conseil des arts du Canada, n'ont pas toutes la même approche face aux deux langues officielles.
The National Ballet of Canada, organisme à but non lucratif, a été fondée en 1951 et est basée à Toronto. Sa directrice artistique est Karen Kain.
Une visite de son site Internet nous a permis de constater encore jeudi l'absence totale de la langue de Molière.
Selon ses états financiers de juin 2013, la troupe a reçu un total d'environ 3 millions$ en subventions du Conseil des arts du Canada. L'excédent de revenus sur les dépenses était de 219000$.
Une autre grande troupe, les Grands Ballets canadiens de Montréal, offre un site Internet dans les deux langues officielles à sa clientèle. Son nom apparaît également sur la liste des organismes subventionnés par le Conseil des arts.