Le ministre Laurent Lessard indique que le financement accordé aux forêts privées est le même que celui d'il y a deux ans, soit avant le retrait d'une subvention fédérale de 5 millions$, qui venait à échéance.

Le gouvernement serait inéquitable dans les subventions

L'Office des producteurs de bois de la Gatineau accuse Québec d'être inéquitable dans l'attribution des subventions aux forêts privées. Ces dernières écopent d'une coupe de 33% en Outaouais, alors que les budgets alloués aux forêts publiques augmentent de 23% au Québec.
Le ministre Laurent Lessard a récemment annoncé une augmentation de 18 millions$ de l'enveloppe pour les travaux sylvicoles dans la forêt publique, combinée à une compression de 5,7 millions$ pour les mêmes travaux dans les forêts privées. En Outaouais, ces coupes se font particulièrement ressentir dans les MRC Pontiac et de la Vallée-de-la-Gatineau, où le manque à gagner se chiffre à 560200$.
«En 2013, l'Outaouais avait déjà subi une diminution de budget de 12%, alors que c'était 2% pour l'ensemble du Québec. Le gouvernement va être encore là dans 40 ans pour bénéficier des profits de la forêt publique, mais pas les particuliers. Pour avoir une forêt de qualité, il faut investir dès maintenant pour qu'elle soit productive plus tard», mentionne Éric Dubé, de l'Office des producteurs de bois de la Gatineau.
Le ministre Lessard indique pour sa part que le financement accordé aux forêts privées est le même que celui d'il y a deux ans, soit avant le retrait d'une subvention fédérale de 5 millions$, qui venait à échéance.
«L'an dernier, nous avons comblé la subvention échue du fédéral, mais cette année, après l'étude des crédits, c'était impossible», affirme M. Lessard.
La distribution des budgets parmi les forêts privées du Québec fait elle aussi sourciller l'Office des producteurs de bois de la Gatineau. Bien que la forêt privée de l'Outaouais représente environ 9% de la forêt privée au Québec, elle recevra 3,3% des budgets provinciaux en matière de travaux sylvicoles. L'an dernier, ce pourcentage était de 4,2%, déjà bien en deçà des attentes des producteurs forestiers de la région.
«La ministre régionale Stéphanie Vallée a assisté à notre assemblée générale du 29 avril et elle s'est engagée à rétablir un meilleur équilibre des budgets. On ne parle pas d'une promesse électorale ici, on parle d'un engagement ferme. Pourtant, le déséquilibre ne fait que s'agrandir», déplore M. Dubé.
Le ministère dit attendre la publication d'un rapport à l'automne sur l'état des forêts privées du Québec avant de voir si rééquilibrer les budgets alloués à chacune des régions est possible.
Clamontagne@ledroit.com