Le feu de chaque jour, de Patrice Michaud

Le nouvel opus de Patrice Michaud (à paraître le 4 février) conserve cette poésie à la fois rugueuse et fioriturée, à la fois romantique et charnelle, qui distinguait son Triangle des Bermudes, mais le Gaspésien n'hésite pas à extirper, au besoin, les guitares électriques et les riffs rock ou bluesés.
Coulé dans le folk et ses grands espaces, son Feu de chaque jour nous entraîne Loin de Disneyland à la conquête des plaines sauvages Des cowboys, des indiens. Nostalgique, mais zen.
Plein de tendresse lorsqu'il chuchote aux Deux lignes rouges qui dessinent sa future progéniture, il offre aussi des ballades planantes (Jusqu'à ce que je tombe, ou la superbe Faille de San Andreas, presque contée).
Il y a du beau monde, sur ce disque réalisé par André Papanicolaou, guitariste attitré de Vincent Vallières. On y retrouve François Lafontaine (Karkwa) au piano et Salomé Leclerc, venu poser sa voix sur la pièce titre et jouer à Bonnie et Clyde sur M'espères-tu?