Le fédéral facilitera l'accès aux fusils

Le gouvernement Harper annonce qu'il va déposer cet automne un projet de loi de «gros bon sens» sur les armes à feu, visant à faciliter le transport des fusils, mais aussi à imposer un cours de maniement d'armes à ceux qui s'en procurent pour la première fois.
Le ministre de la Sécurité publique, Steven Blaney, a donné certains détails sur le futur projet de loi dans un club de tir à North Bay, en Ontario.
Mais le texte du projet n'a pas été fourni, seulement ses grandes lignes.
Le gouvernement conservateur, qui a aboli le registre des fusils de chasse en 2012 - au grand dam de Québec et de nombreuses organisations - se targue maintenant d'être celui qui protège les citoyens.
Ottawa dit aussi vouloir uniformiser les règles sur les armes à feu au pays, en réduisant les pouvoirs actuellement détenus par certaines autorités provinciales.
Disant vouloir simplifier le processus, Ottawa fera en sorte que les deux types de permis actuellement en circulation au pays, soit ceux de possession et ceux d'acquisition de fusils, ne feront plus qu'un.
De plus, le projet de loi éliminerait la paperasse sur les autorisations de transport des armes en en faisant une condition pour la délivrance de permis. Les propriétaires d'armes en Ontario, au Québec et sur l'Île-du-Prince-Édouard doivent présentement faire une demande aux autorités provinciales s'ils veulent transporter une arme restreinte.
Des mesures renforcées
Il est aussi indiqué, sans autre détail, que les interdictions de possession d'armes à feu seraient renforcées pour les personnes condamnées pour violence conjugale.
Mais quant à savoir si la possession d'une arme à feu «est un droit, ce droit vient avec des responsabilités», a souligné le ministre Blaney. Ainsi, les citoyens qui possèdent une arme à feu pour la première fois devront suivre des cours de maniement des armes.
Plusieurs groupes de chasse et de tir sportif ont loué le futur projet de loi, soutenant que de se débarrasser de la paperasse ne diminue en rien la sécurité.
Mais la Coalition pour le contrôle des armes n'a pas apprécié. Si le gouvernement veut vraiment faire preuve de «gros bon sens», il devrait y avoir «un renforcement des lois en matière de contrôle des armes et non pas un affaiblissement, comme c'est le cas ici.»