Le député conservateur Russ Hiebert a déposé un projet de loi d'initiative parlementaire qui forcerait les syndicats à dévoiler publiquement leurs données financières.

Le député Hiebert veut retourner dans le secteur privé

Le député conservateur Russ Hiebert, parrain du projet de loi qui voulait forcer les syndicats à dévoiler leurs états financiers à l'Agence du revenu du Canada (ARC), a annoncé hier ne sera pas candidat lors des élections fédérales de 2015.
Le projet de loi du député Hiebert a été le premier d'une série de projets de loi privés défendus par des députés conservateurs que les syndicats ont vivement dénoncés comme étant des «attaques conservatrices» visant à mettre un frein à la syndicalisation à travers le pays.
Le projet de loi C-377 visait essentiellement à obliger les syndicats à dévoiler à l'ARC leurs états financiers, incluant les dépenses et les salaires versés aux dirigeants syndicaux. Lors de l'étude en comité, le projet avait été dénoncé comme étant anticonstitutionnel par plusieurs groupes dont l'Association du Barreau canadien et les grandes organisations ouvrières à travers le pays.
Après avoir été adopté par la majorité conservatrice à la Chambre des communes, le projet de loi du député Hiebert a toutefois été freiné par le Sénat, plusieurs sénateurs conservateurs étant contre plusieurs mesures qu'il proposait.
Le député Hiebert, de la Colombie-Britannique, a expliqué qu'il souhaite mettre fin à son passage à la Chambre des communes pour retourner dans le secteur privé. Il entend renouveler sa licence pour pratiquer le droit. Il avait été élu pour la première fois comme député fédéral en 2004.