Le couloir des ouragans, de Viviane Audet

Sept ans après Le long jeu, disque plein d'envolées vocales, Viviane Audet revient métamorphosée, déposant sur la pointe des pieds Le Couloir des ouragans, qui, malgré son titre, est d'une infinie délicatesse.
La voix a appris à se faire brise frémissante. Elle se fond aux mélodies aériennes d'un folk-pop doux-amer porté par des arrangements soignés, dépouillés, mais riches dans leur diversité.
La multi-instrumentiste s'est adjointe les services d'un génie polyvalent, Philippe Brault, pour coréaliser avec elle cet Ouragan lumineux. Comme on avait adoré les accents « chanson française » du Long jeu, on déchante aux premières écoutes, chagriné par l'interprétation ultra-contrôlée et l'humour balayé. Mais la « langue de soie » de Viviane Audet nous rattrape vite par l'oreille... et par le coeur.
Tourbillon d'émotions à fleur de peau, sa poésie nous aspire jusque dans l'oeil de l'amour, fragile cyclone où s'enchevêtrent tous les espoirs et tous les déchirements.