Françoise David a été la révélation du débat des chefs en 2012. Les attentes sont donc élevées.

Le combat des chefs

Les débats télévisés n'ont pas toujours d'effet sur les intentions de vote. Mais parfois, ils en ont...
D'où l'importance du débat de ce soir. Après les deux derniers sondages qui annoncent un coude-à-coude entre libéraux et péquistes et l'écrasement de la CAQ, les partis ont beaucoup à gagner, ou à perdre.
Pauline Marois
Le sondage CROP qui place les libéraux en position de tête peut servir Mme Marois. Philippe Couillard devient la cible principale. Dès mardi matin, François Legault s'est joint à la chef du PQ pour dénoncer la collaboration passée de M. Couillard avec Arthur Porter. En principe, cela devrait contribuer à rappeler les odeurs de scandale des dernières années du gouvernement Charest. De plus, l'exaspération de François Legault en réaction aux questions sur la souveraineté va dans le sens des intérêts que Mme Marois qui ne veut plus spéculer sur le sujet. Cela devrait l'aider. Son principal objectif sera de ramener la charte de la laïcité à l'avant-plan, et de démontrer que son gouvernement a beaucoup de réalisations à son actif après 18 mois de pouvoir.
Philippe Couillard
Résultat de sa remontée dans les sondages, Philippe Couillard se retrouve tout à coup dans la chaise de celui qui pourrait être le premier ministre. Il lui faut donc incarner ce rôle, mettre derrière lui les volte-face qu'on lui a reprochées, et projeter l'image d'un leader capable de tenir les rênes du pouvoir. Au fond, il doit redevenir ce médecin rassurant qu'on a connu lorsqu'il est devenu ministre de la santé sous Jean Charest, en 2003. Le principal défi de M. Couillard est d'acculer Pauline Marois sur la défensive en agitant le spectre d'un autre référendum, et d'offrir une alternative crédible sur l'économie, ce qui n'est pas évident.
François Legault
Son objectif est clair: démontrer que les prévisions économiques des péquistes et des libéraux sont irréalistes. Des trois leaders, c'est M. Legault qui est le plus à l'aise sur ces questions. La CAQ a mis six mois de travail sur son projet de réduction des dépenses de l'État et de baisse du fardeau fiscal des Québécois. C'est le moment ou jamais de faire passer son message, d'autant plus que les enjeux économiques seront le premier sujet à l'ordre du jour du débat, au moment où les cotes d'écoute seront les plus importantes. Son principal défi: éviter de donner l'impression qu'il n'est plus dans la course... et qu'il le sait.
Françoise David
Elle a été la révélation du débat des chefs en 2012. Les attentes sont donc élevées. Elle doit faire aussi bien, sinon mieux que la dernière fois. À 10% dans les intentions de vote, Québec solidaire peut espérer faire élire un troisième député dans l'Est de Montréal, où ses appuis sont les plus importants. C'est chez les souverainistes de gauche déçus du Parti québécois et notamment de l'arrivée de Pierre Karl Péladeau, que Mme David peut aller chercher le plus de votes. Son objectif est donc de démontrer que les politiques du gouvernement Marois se sont éloignées des idéaux sociaux-démocrates, et que le PQ n'est plus crédible quand il parle de souveraineté.
LES FACE-À-FACE
Les face-à-face entre les deux meneurs, Pauline Marois et Philippe Couillard, seront des moments déterminants pendant ce débat. Les tirages au sort ont fait que c'est au tout début de l'émission que Mme Marois et M. Couillard croiseront le fer. Le thème? Les enjeux économiques. C'est un heureux hasard, parce que peu importe le parti au pouvoir, ce sera le défi le plus important du prochain gouvernement. Le budget Marceau a laissé plusieurs questions en suspens, notamment la nature des coupes budgétaires que le gouvernement devra imposer pour respecter ses promesses de réduction des dépenses. Le cadre financier du PLQ est tout aussi flou. Il est probable que Philippe Couillard sautera tout de suite sur l'occasion pour accuser le PQ de faire passer la souveraineté avant l'économie. Pauline Marois rappellera sans doute la hausse du déficit sous les libéraux, et leur incapacité de réduire les dépenses malgré 9 années de pouvoir.
Le deuxième face-à-face entre Mme Marois et M. Couillard surviendra pendant la deuxième demie du débat, et portera sur la question nationale et l'identité. Si la controverse autour de la souveraineté et de la laïcité vous intéresse, c'est là que ça va se passer.
Un autre face-à-face à surveiller est celui sur l'économie opposant Françoise David à Pauline Marois dès le début du débat. C'est à ce moment de forte écoute que Mme David a une chance de s'attaquer aux politiques du gouvernement, et notamment aux coupes budgétaires imposées aux bénéficiaires de l'aide sociale. Si Françoise David n'est pas satisfaite de ce premier duel, elle pourra se reprendre rapidement, parce qu'elle aura un autre face à face contre Mme Marois dès le deuxième thème, qui portera justement sur les politiques sociales.
Si François Legault veut s'attaquer à l'éthique des libéraux, il en aura l'occasion au troisième thème de la soirée portant sur la gouvernance. Il aura alors un face-à-face avec Philippe Couillard, de même qu'avec Pauline Marois. C'est une occasion en or pour rappeler que le PLQ et le PQ ont tous deux violé les règlements touchant le financement des partis politiques. Il pourrait aussi soulever les liens de Philippe Couillard avec Arthur Porter, et le deal de Claude Blanchet avec la FTQ.
Il y aura beaucoup d'autres duels de ce genre, et plus encore: à la fin de chaque thème, l'un des chefs sera appelé à donner une réponse sur le sujet soulevé, pour ouvrir un débat à quatre de 10 minutes. Période de cacophonie à prévoir. Les animateurs devront démontrer leur capacité de mettre de l'ordre dans tout cela, sans favoriser qui que ce soit.
Dans l'ordre, les quatre thèmes du débat sont les suivants: les enjeux économiques; le filet social; la gouvernance; la question nationale et l'identité. C'est dommage, mais on semble avoir oublié l'environnement...
Le débat commence à 20 heures. À la fin, les participants donneront chacun un point de presse de cinq minutes. Le tirage a favorisé Mme Marois. Elle sera suivie de Philippe Couillard, Françoise David et François Legault.