Une scène de The Hunger Games: Catching Fire.

Le cinéma américain toujours roi et maître

Le cinéma américain a largement dominé au Québec en 2013, ayant récolté des parts de marché de 88,2 %, malgré une baisse marquée du box-office global.
Le cinéma québécois a malgré tout connu une légère hausse de ses parts de marché, qui sont passées de 4,8 % à 5,6 %, selon le bilan publié mercredi par l'agence Cineac.
Cette hausse est largement attribuable au film Louis Cyr, qui est également le seul titre n'étant pas originaire des États-Unis à figurer au top 20 de 2013 au Québec. Avec des recettes de de 4 067 856 $, le film mettant en vedette Antoine Bertrand dans le rôle de l'homme fort a pris le neuvième rang au box-office total au Québec.
C'est The Hunger Games: Catching Fire (The Hunger Games: l'embrasement) qui se classe au premier rang du box-office global sur le territoire québécois, grâce à des recettes de 6,6 millions $. Iron Man 3, The Hobbit: the Desolation of Smaug (Le Hobbit: la désolation de Smaug), Despicable Me 2 (Détestable moi 2) et Fast & Furious 6 (Rapides et dangereux 6) complètent le top 5.
Du côté des films québécois, Gabrielle de Louise Archambault, se classe derrière Louis Cyr avec des recettes de 1,289 million $. Il est suivi de Il était une fois les Boys (1,136 million $), Amsterdam (535 964 $) et Le démantèlement (461 974 $).