Michel Therrien.

Le Canadien doit vite surmonter l'adversité

La métaphore du boxeur qui a un genou sur le canevas qu'a utilisée Michel Therrien, après la cinglante défaite de samedi, illustre jusqu'à quel point le Canadien est ébranlé actuellement. Suffisamment pour obtenir un premier compte de huit cette saison.
L'entraîneur du Tricolore s'est dit confiant que ses troupiers vont se relever, plutôt que de poser l'autre genou au sol. C'est à espérer qu'ils materont l'adversité avant d'être mis K.-O. parce que la situation se corse pour eux au classement de l'Association Est.
Les joueurs ressentent l'urgence de la situation. Ils ont jugé nécessaire de se parler dans le blanc des yeux, au terme de leur pitoyable performance contre les Capitals de Washington. On verra bien dans quel état d'esprit ils se présenteront au travail aujourd'hui, à Brossard.
«C'est une bosse sur notre route, a déclaré le défenseur Josh Gorges, samedi. On ne connaît pas une saison de 82 matches sans rouler sur quelques-unes. La route est cahoteuse, ça brasse. Nous faisons face à de l'adversité.
«Dans ce temps-là, il faut nous serrer les coudes, a continué le vétéran. C'est à nous de trouver les solutions, tous ensemble. Ce n'est pas un seul joueur qui va nous sortir du pétrin.»
Price frustré
Le message, sans doute celui qui a été martelé au cours de la réunion d'équipe, a résonné aux quatre coins du vestiaire. P.K. Subban, Carey Price, Brian Gionta, Lars Eller et les autres l'ont repris à tour de rôle.
«C'est une mauvaise passe, c'est inévitable pendant une saison de hockey, a soumis Eller. Ce sera une expérience bénéfique, au final.»
Le jeune Danois a admis que les problèmes de l'équipe ont commencé bien avant le début de la série de quatre défaites.
«Le brio de nos gardiens nous a permis de se tirer d'affaire dans plusieurs matches. Ce n'est pas que nous étions chanceux, mais nous trouvions des façons de gagner des matches serrés.»
Price a qualifié la situation de «frustrante», en soulignant l'importance pour ses coéquipiers et lui de rester forts psychologiquement.
«Toute notre concentration ne doit être portée que sur le prochain match. Nous ne voulons pas regarder plus loin», a répondu le gardien, quand on a évoqué la possibilité que les dirigeants procèdent à des changements.
L'aspect positif dans tout ça, c'est que le Canadien va livrer cinq de ses sept dernières rencontres, avant la pause des Jeux olympiques, au Centre Bell.
Mais encore, il devra regagner la confiance de ses partisans, en même temps que sa propre confiance. Dans le moment, elle est fragilisée et les fans ne sont pas indulgents. Avec raison, quand l'effort n'y est pas.