Guy Lafleur

Lafleur ne bronche pas

Un des avocats de la défense a tenté hier de coincer Guy Lafleur et de lui faire admettre qu'il savait que son fils Mark devait dormir chez lui lorsqu'il était autorisé à sortir pour la fin de semaine de son centre de réinsertion sociale l'Exode. Mais l'ancien joueur vedette du Canadien de Montréal a maintenu sa version des faits.
Guy Lafleur a été contre-interrogé hier pour une troisième journée, dans le cadre du procès qu'il a intenté pour 2,16 millions$ contre une policière de la Ville de Montréal et une procureure de la Couronne.
L'ancien joueur étoile a été arrêté et accusé en 2008 pour avoir supposément offert des témoignages contradictoires dans la cause criminelle de son fils, afin que celui-ci puisse être remis en liberté.
Dans un premier témoignage, il n'avait pas déclaré que Mark avait passé deux nuits à l'hôtel avec sa petite amie. Dans un interrogatoire subséquent, il l'a mentionné. Se faisant mettre sous le nez cette différence, M. Lafleur avait alors déclaré que personne ne lui avait posé la question la première fois et qu'il ne lui était pas passé par la tête de le mentionner au juge.
Et c'est en raison de ces deux versions qu'il a fait l'objet d'accusations criminelles.
À ce moment - et comme il le maintient toujours - M. Lafleur soutenait qu'il croyait que les conditions que son fils devait respecter lors de ses sorties étaient de ne pas consommer de drogue ni d'alcool et de rentrer à l'heure prévue par le couvre-feu.