PHOTO MARTIN ROY LE DROIT Carol Jolin, président de l'Association des enseignants franco-ontariens

L'AEFO se rapproche d'une entente avec Queen's Park

L'Association des enseignantes et enseignants franco-ontariens (AEFO) a beau avoir un mandat de grève en main, les chances que cette grève se concrétise s'amenuisent de plus en plus, selon le président du syndicat, Carol Jolin.
Après une intense semaine de négociation qui s'est conclue par un marathon de 28 heures, la semaine dernière, M. Jolin affirme être de plus en plus optimiste d'en venir à une entente avec le gouvernement de l'Ontario.
«C'est évident qu'il y a des choses qui bougeaient, sinon on serait allé se coucher bien avant ça. Mais, après 28 heures, on se rendait compte qu'il manquait des données d'un bord et puis de l'autre.»
Carol Jolin soutient que la communication s'est grandement améliorée entre les deux parties et qu'il ne serait pas surpris qu'une entente soit conclue cette semaine, lors des deux journées de négociation prévues demain et jeudi.
Toutefois, le président de l'AEFO se garde bien de crier victoire immédiatement. Il rappelle qu'il y a toujours une possibilité qu'un accrochage survienne sur un aspect de la convention collective.
«J'espère qu'on va pouvoir en venir à une entente. Si ce n'est pas le cas, nos membres nous ont donné un mandat de grève de 93%, on verra s'il y a lieu d'exercer des sanctions.»
M. Jolin préfère, pour l'instant, taire les aspects de la négociation qui font l'objet d'une entente avec le gouvernement de l'Ontario, ainsi que les dossiers qui restent à être discutés. Il affirme cependant que beaucoup de travail a déjà été accompli.
«Il y a encore [des dossiers] en suspens, mais il y en a pas mal moins qu'il y en avait au début.»
jpaquette@ledroit.com