L'accusé prévoyait se «retrouver dans les journaux»

Un Cubain accusé de tentative de meurtre sur sa conjointe lors d'une soirée de mariage, en août 2012, prévoyait déjà se « retrouver dans les journaux » avant de commettre son crime.
Un procès de trois jours s'est ouvert hier, soit un an et demi après la tentative de meurtre survenue lors d'une soirée de mariage au Château Cartier, dans le secteur Aylmer, à Gatineau.
Jorge Sanchez Mejias, 49 ans, a jeté sa colère sur sa conjointe lors du mariage de deux amis de la victime. « Ça va se retrouver dans les journaux », a-t-il dit à une autre convive dans les minutes précédant le crime.
L'homme s'en est pris une première fois à sa conjointe, avant de quitter momentanément les lieux et revenir avec encore plus de rage. À son retour, alors que des proches dansaient, prenaient un verre et célébraient l'amour, Jorge Sanchez Mejias se serait rué sur sa victime, la coupant au corps et au visage avec une bouteille de verre cassée. La mariée, qui parlait à la femme dans les secondes précédant l'agression, a vu sa robe tachée de sang.
Jorge Sanchez Mejias est accusé de menaces de mort, de tentative de meurtre et de voie de fait ayant mutilé et défiguré sa victime. Une témoin a précisé que Mejias a frappé sa conjointe de toutes ses forces, et ce, à au moins cinq reprises.
Avant que tout cela ne se produise, il semble que l'homme faisait le bouffon, avait le coeur à la fête, dansait et s'amusait beaucoup avec les autres. Sa conjointe, qui connaissait davantage les autres convives, serait restée à table un bon moment, plutôt maussade.
Jorge Sanchez Mejias a multiplié les délais en cour depuis son arrestation. Après avoir changé d'avocat à deux reprises, il a de nouveau tenté de faire repousser les audiences, hier, jugeant qu'il ne faisait plus confiance à son procureur. Il a dit vouloir se représenter seul, avant de réviser sa position et de garder son avocat.
La juge Rosemarie Millar lui a fait comprendre que, au stade du procès, le dossier devait aller de l'avant.