La société offrait des services reliés à l'exploitation forestière.

La Société sylvicole de l'Outaouais en faillite

La Société sylvicole de l'Outaouais est en faillite.
Le porte-parole du syndic de faillite Ginsberg Gingras, Pascal Gagnon, a confirmé au Droit que la Société sylvicole de l'Outaouais, dont le siège social est à Buckingham, a déclaré faillite puisqu'elle n'était plus en mesure de payer ses créanciers.
Selon M. Gagnon, l'entreprise forestière s'est placée sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies, le 10 mai dernier, dans l'espoir d'éviter la faillite, mais elle n'a pas réussi à restructurer ses activités.
«La Société sylvicole de l'Outaouais essayait de vendre l'édifice qu'elle possède dans le secteur Buckingham, mais les acheteurs intéressés voulaient donner au bâtiment une vocation non conforme au zonage en vigueur, alors ça n'a pas marché. L'entreprise en est venue à manquer de liquidités et à ne plus être en mesure de payer les frais tels que l'électricité et les autres services, alors le conseil d'administration a décidé de déclarer faillite, le 21 janvier», a expliqué M. Gagnon.
Créée en 1979, la Société sylvicole de l'Outaouais offrait des services reliés à l'exploitation forestière, comme des coupes sélectives, de voirie forestière, d'éclaircie précommerciale, de reboisement, ainsi que divers services.
En 2009, elle a entamé une période de restructuration, après avoir souffert, comme bien d'autres, de la crise forestière. Lorsqu'elle était encore en activité, elle gérait un territoire de 12000 hectares et elle regroupait des propriétaires de forêts privées dont la superficie totale s'élevait à 800000 hectares.