La Roux, Trouble in Paradise, **1/2

La Roux - Trouble in Paradise

La jeune, rousse et androgyne Elly Jackson, élément central du duo britannique La Roux, continue de mettre en scène les insécurités qui la rongent, mais en délaissant cette fois les beats«ultrafiesteux» - et très années 1980 - entendus sur son premier album, un éponyme qui provoqua un raz-de-marée commercial en Angleterre, lors de sa sortie en 2009.
Ce neuf titres s'éloigne un peu des eighties... mais pas tant que ça. Les synthés de Uptight Downtown évoquent immédiatement Madonna, période Into the Groove; Silent Partner ne se gêne pas pour surfer sur la new wave - quoiqu'on explore cette fois des tons plus maussades, balancés sur un tempo assez mollo. Le disque, surprise, ne court pas après les dancefloors. En fait, à part Kiss and Not Tell, qui joue dans les intonations et les tonalités d'une Lily Allen (pour qui La Roux a souvent réchauffé les planches), l'album au complet ralentit la cadence et assombrit l'ambiance. Trouble In Paradise marque le départ, pour divergences artistiques, de l'autre moitié du duo: après cinq morceaux, le réalisateur et claviériste Ben Langmaid a laissé la place au producteur Ian Sherwin.