La Licorne captive, de Daniel Lavoie et Laurent Guardo

La voix veloutée de Daniel Lavoie sied à la perfection au ronronnement des instruments baroques, notamment la viole de gambe, de La Licorne captive, projet d'inspiration médiévale signé Laurent Guardo.
Ce compositeur discret, dont les mélodies habillent le paysage télévisuel québécois depuis des années, signe ici une musique « contemporaine » hors du temps, bercée par le clapotis paisible de percussions chaleureuses.
Lavoie vogue sur les mythes et légendes ancestraux (Icare, Sirène, Chasse Galerie) revisités par Guardo, ou la noire poésie d'Arthur Rimbaud (Ophélie, Bal des pendus). L'aspect parfois récitatif du chant déconcerte de prime abord, mais l'élixir est capiteux et enivrant, bien plus puissant que ne le laisse présager son apparente délicatesse.
Guardo nous entraîne à travers une forêt ensorcelante de vibrations et d'harmonies à faire lentement bouillir Le sang (céleste duo avec la soprano Mary-Lou Gauthier).