La liberté au bout des chemins

Lancés sur Les Chemins de la liberté, en quête de l'Acadie mythique de leurs parents et en mission pour Monsieur de Beaumarchais désireux de prêter main forte aux Insurgents américains, les jeunes Marie et Fabien étaient partis de leur Poitou natal pour échouer loin de leur destination initiale, au terme du premier tome écrit par l'Ottavien Jean Mohsen Fahmy.
C'est de l'île de la Grenade qu'ils entreprennent donc L'ultime voyage qui, l'on s'en doute bien, les mènera jusqu'au pays de leurs ancêtres, non sans plusieurs détours et embûches en cours de route.
Car la quête de liberté de Marie et Fabien fera écho à celle des esclaves qu'ils croiseront dans ce Nouveau Monde qui s'ouvre à eux, ainsi qu'à celle des rebelles américains menés par Washington contre les Anglais et de Lord Cornwallis.
Le couple français se retrouvera donc plongé dans la mêlée de cette guerre d'indépendance, aux côtés du marquis de Lafayette, entre autres. Comme si cela n'était pas assez, il sera ensuite fait prisonnier et «adopté» par un clan agnier, période qui mettra son amour à rude épreuve.
Tout ça avant d'atteindre son objectif premier de voir l'Acadie, au terme d'un long parcours. Un parcours qui mènera le duo peut-être vers un autre pays que celui de ses parents, au final, là où il pourra trouver son propre espace de liberté et d'expression, là où il pourra s'enraciner à son tour...
D'un regard à l'autre
Comme dans le premier tome des (més)aventures de Marie et Fabien, Jean Mohsen Fahmy alterne leur point de vue, d'un chapitre à l'autre.
Par le biais de Marie, l'auteur se branche plus sur les sensations et perceptions de leurs nombreuses découvertes et rencontres. Lorsqu'il se glisse ensuite dans la peau de Fabien, il se fait souvent plus descriptif et factuel. Entre émotions et action, la plume de l'Ottavien balance donc de l'une à l'autre - ce qui ne l'empêche pas de s'immiscer dans le coeur de Fabien ou de mettre de l'avant certains faits historiques par la voix de Marie, au détour.
Ce faisant, M. Fahmy n'évite pas toujours l'écueil de la redite, en offrant ainsi à relais deux perspectives sur les événements. Passer d'un «regard» à l'autre alourdit inutilement le compte rendu de la bataille de Yorktown, par exemple.
L'auteur réussit néanmoins, la plupart du temps, à maintenir le rythme, à faire «avancer» ses personnages dans le temps et l'espace, tout en jouant des deux facettes de l'histoire de ses jeunes héros pour lever le voile sur plusieurs pans plus ou moins connus de l'Histoire.
---
Les Chemins de la liberté, tome 2 - L'ultime voyage, Jean Mohsen Fahmy, Les Éditions JCL, 368 pages.
***