La face cachée de la ville

Les murs du Centre d'action culturelle de la MRC de Papineau à Saint-André-Avellin sont tapissés jusqu'au 2 mars d'une vingtaine d'oeuvres de Marc Bléoo, un artiste originaire de l'Outaouais qui habite aujourd'hui Montréal et qui propose aux visiteurs Portrait urbain, une série de tableaux nous plongeant dans la réalité impersonnelle de la ville.
Marquées par des traits précis et des couleurs primaires, le rouge, le bleu et le vert, entre autres, les toiles mettent en relief des silhouettes de personnes sans identité souvent regroupées, mais qui ne développent aucun lien. Sur La parade Ste-Catherine, on peut distinguer quantité d'hommes et de femmes. Certains ont les bras croisés. D'autres ont les mains dans les poches. Quelques-uns portent une cravate. Mais tous et toutes n'ont aucune véritable personnalité. Les personnages qui parsèment les tableaux donnent l'impression d'être des numéros perdus dans la foule. «Portrait urbain exprime le manque de temps, le temps qui va trop vite et qui rend l'humain incapable de percevoir et d'identifier les âmes qui l'entourent», peut-on lire dans le communiqué annonçant l'exposition.