Rathika Sitsabaiesan

La députée du NPD n'a pas été arrêtée au Sri Lanka, selon Ottawa

Les informations voulant que la députée néo-démocrate Rathika Sitsabaiesan aurait été placée en résidence surveillée au Sri Lanka sont erronées, a signalé mercredi un porte-parole du ministère canadien des Affaires étrangères.
Des responsables ski lankais ont confirmé au gouvernement canadien que la députée de Scarborough-Rouge River, en Ontario, n'était pas sous le coup d'une assignation à domicile, a écrit dans un courriel John Babcock.
Le porte-parole a précisé que des responsables du Haut-commissariat du Canada à Colombo ont parlé avec la députée, qui était en visite privée au pays. Mme Sitsabaiesan leur a confirmé qu'elle se portait bien.
Le bureau du chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Thomas Mulcair, a dit ignorer à quel moment la députée rentrerait au Canada.
Le leader de l'opposition a personnellement discuté du dossier avec l'ambassadeur du Sri Lanka au Canada, a indiqué le chef de cabinet de M. Mulcair, Raoul Gebert, dans une note transmise à la députation du NPD.
Âgée de 32 ans, Mme Sitsabaiesan, est arrivée au Canada avec sa famille à l'âge de cinq ans. Elle a été élue à la Chambre des communes aux élections de 2011.
La Gazette de Colombo avait publié un article voulant que la députée était confinée à sa chambre d'hôtel à Jaffna, une ville située au nord du Sri Lanka.
Un site tamoul, TamilNet, avait de son côté publié une note affirmant que des fonctionnaires sri lankais avaient été dépêchés à l'hôtel où résidait censément la députée et ne permettaient à personne de venir la voir.