La Cité obtient sa désignation

Treize mois après avoir emboîté le pas au Collège Boréal en faisant sa demande auprès du gouvernement ontarien, voilà que La Cité vient d'obtenir officiellement sa désignation en vertu de la Loi sur les services en français. Un geste qualifié d'avancée « significative » pour le collège d'arts appliqués et de technologie qui accueille plus de 5000 étudiants dans ses trois campus.
Très attendue, cette décision de Queen's Park au sujet du collège dont le nom et l'identité visuelle ont été modifiés en novembre dernier n'a pas tardé à faire des heureux auprès de la communauté franco-ontarienne.
« La Cité est heureuse de s'associer au gouvernement ontarien en vue de mieux garantir le droit à des services d'éducation postsecondaire en français. (...) Ce geste fort est posé en pensant aux étudiants actuels, mais également aux générations futures. Il est réalisé à la lumière des intérêts à long terme d'une collectivité présente en Ontario depuis quatre siècles », a lancé la présidente du conseil d'administration de l'établissement, Lise Cloutier.
Même son de cloche de la part de la directrice de l'institution, Lise Bourgeois, qui estime que la désignation constitue une garantie de plus au regard de la vitalité de La Cité et une reconnaissance accrue de la nature particulière de sa mission à titre d'institution phare en éducation postsecondaire en français en sol ontarien.
« Elle confirme la volonté, maintes fois exprimée, de voir La Cité occuper une place centrale dans l'accompagnement d'une communauté linguistique et culturelle plus que jamais soucieuse de progrès sur tous les plans », a-t-elle dit.
Position de leader
La ministre déléguée aux Affaires francophones, Madeleine Meilleur, croit pour sa part que ce nouveau statut confirme le profond engagement du collège à offrir un enseignement d'une qualité supérieure à la clientèle étudiante francophone.
« Elle renforce sa position de leader dans le domaine de l'éducation et assure le développement à long terme de ses programmes et services visant la formation en français d'une relève solide qui contribuera à la prospérité de toute la province », a déclaré Mme Meilleur.
L'Assemblée de la francophonie de l'Ontario (AFO), n'a pas tardé non plus à saluer la décision du gouvernement provincial.
« Depuis son ouverture en septembre 1990, La Cité a toujours été un fer de lance en matière d'éducation postsecondaire à Ottawa et dans l'ensemble de la province. Par son travail et son engagement au sein de la francophonie ontarienne, elle garantit l'accès à des programmes d'éducation en français de qualité et la formation de professionnels qualifiés et bilingues. (...) L'éducation est un secteur clé de la réussite et de l'épanouissement de notre communauté », de dire le président de l'AFO, Denis Vaillancourt.
Rappelons que l'Université d'Ottawa avait tenté en décembre 2012 d'obtenir une telle désignation, avant de se buter à un refus du gouvernement. Renvoyée faire ses devoirs, la plus importante université bilingue du pays, qui avait obtenu l'appui de trois études, compte toutefois revenir à la charge et réviser sa demande.
Au total, 232 organismes et organisations en Ontario sont désignés en vertu de cette loi, dont trois établissements d'enseignement postsecondaire.