Impossible d'offrir une prédiction. Impossible, aussi, d'arracher des commentaires intéressants de Karlsson sur la question.

Karlsson, Burns et Hedman en lice pour le trophée Norris

Impossible de prédire si Erik Karlsson remportera le trophée Norris pour une troisième fois, cette année.
Tout porte à croire qu'il est engagé dans une lutte à finir avec Brent Burns.
Sans grande surprise, le capitaine des Sénateurs et le mammouth des Sharks de San Jose se retrouveront à Las Vegas, le 21 juin prochain. Ils se retrouvent tous les deux parmi les trois aspirants au titre du défenseur par excellence dans la Ligue nationale de hockey.
Victor Hedman, du Lightning de Tampa Bay, sera également de la partie. Il fait cependant figure de négligé.
Impossible d'offrir une prédiction. Impossible, aussi, d'arracher des commentaires intéressants de Karlsson sur la question.
« La décision de décerner le Norris à un joueur plutôt qu'un autre ne m'appartient pas. Je n'ai absolument aucun contrôle là-dessus. Tout ce que je peux faire, c'est aider mon équipe. On verra bien où tout cela me mènera », a-t-il réagi, vendredi.
Cette réaction ne surprend pas du tout Guy Boucher.
« Erik préférerait sans doute que nous ne parlions même pas de cette histoire, dit l'entraîneur. Toute l'année, les succès de notre équipe ont été sa seule source de préoccupation. La seule chose qui semble l'intéresser, c'est la victoire. »
Boucher reconnaît quand même qu'en voulant aider l'équipe, Karlsson vient de connaître une saison exceptionnelle. « Il domine dans tous les aspects du jeu. Mérite-t-il de remporter ce trophée ? Oui ! Je suis convaincu à 100 %. Vous savez tous à quel point il a été important pour nous. »
Le tricheur
Confidence de l'ailier gauche des Sénateurs, Mike Hoffman. La chance a eu son rôle à jouer dans le spectaculaire but qu'il a marqué, lundi soir, dans le match numéro trois. Il n'a pas été capable de garder un oeil sur la rondelle que lui a balancé Erik Karlsson d'un bout à l'autre de la patinoire. « Il est facile de la perdre de vue quand elle atteint une certaine altitude. Je l'ai retrouvée quand elle a redescendu à la hauteur des baies vitrées. J'ai été capable de la contrôler avec ma palette. Une chance ! Sinon, elle aurait glissé lentement vers Tuukka. » Hoffman se trouvait derrière les défenseurs des Bruins au moment de capter la passe. « Je savais que Karl était capable de compléter cette longue passe. Quand il a pris le contrôle de la rondelle, j'ai décidé de tricher. » Hoffman a complété ce jeu en servant à Rask une feinte digne de Peter Forsberg. « Je l'avais utilisée dans le junior et dans la Ligue américaine. Je ne l'avais jamais essayée dans la LNH. »
Chris Kelly et les remords du coach
Guy Boucher devait remplacer Tom Pyatt, qui s'est blessé au « haut du corps » durant le voyage à Boston. Il n'a pas eu besoin d'y réfléchir trop longtemps. La décision de ramener Chris Kelly dans la formation débutante coulait de source. « J'ai été très malheureux de le retirer au début des séries, confie-t-il. Chris est un individu de grande qualité. Il est un véritable professionnel. Il joue un grand rôle dans le vestiaire. En fait, la décision de le retirer fut sans doute la plus difficile que j'ai prise cette année. Ça n'avait rien à voir avec la qualité de son jeu. » Kelly a été limité à deux mentions d'aide à ses 30 derniers matches de la saison régulière, mais Boucher n'adhère pas à la théorie selon laquelle il a manqué de carburant. « Il demeure très fiable, particulièrement lors des infériorités numériques. Il ne fait rien de mal. »
Jonathan Dahlen sous contrat
Le jeune attaquant que les Sénateurs ont sacrifié pour faire l'acquisition d'Alexandre Burrows se rapproche de la LNH. Jonathan Dahlen a signé vendredi son premier contrat avec l'organisation des Canucks de Vancouver. Il sera au camp d'entraînement, l'automne prochain.