La communauté de L'Isle-Verte honore la mémoire des victimes de l'incendie, samedi.

Jour de recueillement à L'Isle-Verte

Près d'un millier de personnes se sont recueillies en l'église Saint-Jean-Baptiste de L'Isle-Verte, samedi matin, afin d'honorer la mémoire des aînés récemment disparus dans l'incendie de la Résidence du Havre.
Plus de la moitié des 900 places de l'église étaient occupées par les proches des victimes et les résidants éprouvés de la petite communauté du Bas-Saint-Laurent. Des bancs avaient aussi été réservés pour les premiers répondants de cette tragédie survenue dans la nuit du 23 janvier.
Vendredi, la Sûreté du Québec faisait état d'un bilan de 24 morts, dont huit ont été identifiés par le Bureau du coroner. Huit autres personnes sont toujours portées disparues.
L'archevêque de Rimouski, Pierre-André Fournier, a présidé cette messe commémorative à laquelle plusieurs dignitaires assistaient, dont les premiers ministres Stephen Harper et Pauline Marois, le chef du Nouveau Parti démocratique, Thomas Mulcair, et le gouverneur général du Canada, David Johnston.
Les chefs des partis de l'opposition à Québec avaient eux aussi annoncé leur présence, de même que de nombreux ministres fédéraux et provinciaux. Colette Roy-Laroche, mairesse de Lac-Mégantic, était également dans l'assistance.
Le premier ministre Harper a été le premier à s'adresser aux médias à la sortie de l'église, soulignant que tous pouvaient aisément s'identifier à la douleur ressentie par la communauté. «Nous avons tous des parents, des aînés qui sont vulnérables et une telle tragédie brise le coeur de tout le monde. Je pense que toute la population ici aura un soulagement par les prières de tous les autres», a-t-il mentionné.
Mme Marois avait un message de compassion semblable à livrer, s'adressant brièvement aux journalistes. «J'ai le goût tout simplement de dire à cette communauté : prenez soin des gens qui restent, qui sont autour de vous et qui ont besoin de vous», a indiqué la première ministre.
Une messe dédiée à la communauté
L'homélie a été prononcée par le curé de la paroisse, Gilles Frigon, qui a comparé les victimes à des saints.
«Je veux profondément remercier tous ceux et celles qui, à travers le pays, ont prié pour nous. C'est ce qui nous permet d'ouvrir nos coeurs, de se relever, de se remettre en marche et de devenir des hommes et des femmes meilleurs», a-t-il soutenu.
Des extraits d'un message envoyé par le pape François le 29 janvier ont été lus par un paroissien, dans lequel il adressait une bénédiction apostolique à toutes les victimes touchées. Le Saint-Père y saluait également le travail des premiers répondants dans des conditions météorologiques des plus difficiles.
Plutôt que des témoignages, ce sont des objets symboliques qui ont permis de rappeler la mémoire des disparus, dont les portraits avaient été affichés. Des employées de la Résidence du Havre ont déposé sur une berceuse un châle et un chapeau et des enfants ont apporté 32 roses.
Un costume d'ambulancier, un casque pompier et un képi de policier avaient aussi été installés sur un banc afin de souligner les efforts des secouristes, qui étaient nombreux à s'être déplacés.
«En regardant toutes ces images que nous voyons à la télévision et dans les journaux, je me dis, voilà des héros. Je pense qu'on pourrait les applaudir», a lancé l'archevêque Fournier.
Le cabinet de la première ministre Marois avait demandé à ce que les drapeaux sur la tour centrale de l'hôtel du Parlement, sur tous les édifices publics du gouvernement, des municipalités et des réseaux de la santé et de l'éducation du Bas-Saint-Laurent soient mis en berne pendant toute la journée de samedi.
Par ailleurs, la Sûreté du Québec précisait vendredi que les équipes de recherche se concentreront désormais sur une zone «névralgique qui serait peut-être le point de départ de l'incendie».