Joséphine, sans entraves

Joséphine, comme dans Baker. Chanteuse et danseuse sans entraves.
Un volcan noir de peau, sauvage et libre, trop avant-gardiste pour l'Amérique des années 1920. Mais pas pour la France des Années folles.
Cette biographie mignonne - quoique longue pour les jeunes lecteurs auxquels elle est destinée - ne s'intéresse pas qu'au charleston, au jazz, au music-hall et aux bouffées d'émotions qui nourriront son art. Suivre à la trace Joséphine permet à l'Américaine Patricia Hruby Robinson - elle-même danseuse et chorégraphe - d'aborder par la bande des sujets plus délicats, tels la ségrégation raciale ou le rôle qu'elle joua au sein de la Résistance, son statut de supervedette lui permettant de circuler dans la France occupée par les nazis.
Hagiographique? Certes... mais, c'est l'humanisme et l'héroïque de cette «immortelle» élevée dans les taudis de Saint-Louis qu'on (re)découvre ici. Car Baker a activement participé à la Croix-Rouge, a adopté 12 enfants, sa «tribu arc-en-ciel»... et a utilisé ses partitions pour écrire à l'encre sympathique des messages destins aux alliés.
---
Joséphine. De Patricia Hruby Powell et Christian Robinson.
Rue du monde, 108 pages