Luc De Larochellière et Andrea Lindsay seront à la salle Jean-Despréz les 18 et 19 avril 2013.

JFC 2014: Luc De Larochellière ne fait pas l'unanimité

La sélection de Luc De Larochellière et d'Andrea Lindsay pour la préparation de la chanson thème des Jeux de la francophonie canadienne de Gatineau crée des remous. Au moins un membre du conseil d'administration des Jeux a remis sa démission, ces derniers mois, ne pouvant se ranger derrière ce choix qui fait fi de la présence d'artistes de talent dans la région.
Les Jeux de la francophonie canadienne sont au rang des grands rassemblements de la jeunesse francophone du Canada. Du 23 au 27 juillet prochains, plus de 1 200 jeunes de partout au pays sont attendus à Gatineau, où ils compétitionneront dans trois volets, en arts, leadership et sports.
L'événement se veut rassembleur. Mais le choix d'artistes provenant de l'extérieur de l'Outaouais pour la composition de la chanson thème en a fait sursauter plusieurs à la table du c.a. des jeux que préside l'ex-ministre Benoît Pelletier.
Représentant le milieu culturel à la table du comité exécutif et du conseil d'administration des Jeux, l'écrivain Guy Jean assure que la seule option était pour lui de quitter, une fois la sélection de l'interprète de Cash City et Sauvez mon âme entérinée.
« Je ne peux endosser publiquement ce choix, a-t-il indiqué en entrevue hier. Je trouve aberrant qu'on n'ait pas fait l'inventaire des artistes d'ici avant de prendre la décision. »
« Je ne pouvais pas défendre - et je ne voulais pas défendre - ce choix. Cela n'a rien à voir avec la compétence des personnes choisies. (Mais) avec le nombre d'auteurs-compositeurs qu'on a ici, ou qui viennent d'ici, il me semble qu'on aurait pu faire (autrement). »
M. Jean n'a pas été le seul à soulever de nombreuses questions à cet effet, selon nos informations. Au moins une autre personne se serait abstenue de voter, pour les mêmes raisons.
Les noms de Luce Dufault, Pierre Lapointe et Véronic DiCaire auraient notamment été évoqués comme remplacement du duo De Larochellière-Lindsay lors de cette discussion.
Des ajustements apportés
Le message porté par M. Jean et d'autres collègues du conseil bel et bien été entendu, assure le président du comité organisateur, Benoît Pelletier.
Certains ajustements ont été apportés à la suite de ce débat tenu à l'été, dit-il.
« Il y a eu des discussions, mais je pense que les membres ont compris que c'était une opportunité. [...] On trouvait que ce duo portait un beau message », dit-il, soulignant qu'Andrea Lindsday, une anglophone de l'Ontario, a choisi de faire sa carrière en français.
« C'est Luc De Larochellière. Elle est une anglophone francophile. On trouvait que ce 'mariage', c'était porteur d'un beau message. Souvent, la langue française n'est véhiculée que par des francophones. D'avoir une anglophone de l'Ontario qui chante une chanson pour les Jeux de la francophonie canadienne, c'est une belle combinaison », a-t-il estimé.
Le comité organisateur a procédé à quelques changements à la suite de ce débat afin d'éviter d'autres écueils du genre.
« On a aussi compris qu'il était important que lors du spectacle d'ouverture des Jeux, il y ait beaucoup d'artistes locaux, et que des artistes locaux participent à la prestation de la chanson (thème). Il va y avoir une présence soutenue d'artistes d'ici », assure M. Pelletier. Ceux-ci seront d'ailleurs épaulés par les deux artistes.
La chanson officielle des sixièmes Jeux de la francophonie canadienne doit être dévoilée le 19 mars prochain.