Corina Usher Mayward, 56 ans, et son conjoint, Richard Henry Neil, 51 ans, ont péri dans le sous-sol du 3122, chemin Wilson.

Incendie mortel: les deux victimes n'avaient qu'une issue

Le couple qui a péri dans l'incendie d'une résidence de la municipalité de Pontiac, samedi, n'avait qu'une seule issue. Les fenêtres du logement qu'ils louaient étaient impossibles à franchir.
Les fenêtres du sous-sol de la maison unifamiliale étaient protégées par des barres de métal visant à empêcher les introductions par effraction. Les barreaux étaient coulés à même les fondations de la résidence. La seule sortie se trouvait en haut des escaliers. Il ne restait donc que la porte pour sortir de la maison en flammes
L'enquête devra déterminer si ces structures ont eu un rôle à jouer dans ces décès.
Il semble que Corina Usher Mayward, 56 ans, ait été la plus près de s'en sortir. Son corps a été découvert dans les escaliers. Son conjoint, Richard Henry Neil, 51 ans, a été extirpé des décombres après le combat des pompiers. Il était trop dangereux pour les sapeurs d'entrer dans la résidence en flammes et de retirer les victimes sur-le-champ.
Mme Mayward et M. Neil louaient le sous-sol du 3122, chemin Wilson. Selon les premiers éléments de l'enquête, le brasier a pris naissance à l'étage inférieur.
Richard Henry Neil était connu des services policiers de Sudbury et de Niagara. Plusieurs mandats d'arrestation avaient d'ailleurs été lancés contre lui. Les autorités policières en Outaouais n'auraient jamais eu affaire à cet homme, qui se faisait discret.
M. Neil serait originaire de l'Ouest canadien, alors que sa conjointe avait déjà élu domicile à Gatineau, dans le secteur Aylmer, et à Ottawa.
Leurs corps ont été envoyés au Laboratoire de sciences judiciaires et de médecine légale de Montréal, où des autopsies doivent être pratiquées.
Encore bien des questions
Les enquêteurs ne peuvent se prononcer sur la cause exacte du sinistre pour le moment.
À l'arrivée des pompiers, vers 22 h, les flammes ravageaient l'ensemble de la maison unifamiliale.
Le décès des deux victimes a été constaté à l'hôpital de Shawville. Selon les pompiers, l'épaisse fumée aurait asphyxié les locataires avant qu'ils puissent trouver la sortie.
Les propriétaires, au rez-de-chaussée, ont été réveillés par leur détecteur de fumée. L'enquête doit déterminer s'il y avait un détecteur de fumée fonctionnel au sous-sol.
La police se montre prudente sur les causes de l'incendie et s'abstient de parler d'incendie accidentel ou criminel.