Hot Dreams, de Timber Timbre

Hot Dreams, c'est un coup de chapeau à un Hollywood révolu, aux westerns de Leone et trames sonores de Morricone, mais aussi à une certaine Amérique des années 1950, romantique et noire comme dans les romans de James Ellroy.
Écouter le troisième album de Timber Timbre les yeux fermés permet d'en ressentir toute la puissance évocatrice. Se mettent alors à danser sur nos paupières les paysages et personnages mis en scène par Taylor Kirk. Dont la voix, chaude et profonde, n'est pas étrangère à l'effet envoûtant des ambiances et décors oniriques développés avec Simon Trottier (basse et autres guitares), les Ottaviens Mika Posen (violon et autres cordes), Mathieu Charbonneau (piano et autres claviers vintage) et Olivier Fairfield (batterie, synthétiseurs et autres), ainsi que Colin Stetson (au saxophone suintant de sensualité), entre autres.
Bref, on n'a pas fini de se balader lentement, à cheval ou en vieille Cadillac noire, dans ce Hot Dreams...