La présidente de l'Institut professionnel de la fonction publique du Canada, Debi Daviau

Hausse de cotisation de 10$ par mois à l'IPFPC

L'Institut professionnel de la fonction publique du Canada (IPFPC) s'est engagé à redoubler d'efforts pour réduire la « dépendance excessive du gouvernement à la sous-traitance » et pour faire reconnaître dans les conventions collectives des dispositions sur l'intégrité scientifique, incluant le droit des scientifiques fédéraux de s'exprimer.
Lors de la 97e assemblée générale annuelle tenue en fin de semaine à Gatineau, les délégués ont aussi voté en faveur de la hausse de cotisations des membres de 10 $ par mois. Appuyée par l'exécutif, cette augmentation était jugée essentielle pour permettre au syndicat de contrer l'impact de l'inflation et renforcer ses assises en prévision des négociations à venir. 
Lors de l'assemblée, les délégués ont pris l'engagement de défendre les pensions à prestations déterminées pour les employés des secteurs public et privé. 
Dans son discours inaugural, vendredi, Debi Daviau, la présidente de l'Institut professionnel, a dénoncé les impacts négatifs du recours excessif à la sous-traitance pour la fonction publique. Le président du Conseil du Trésor, Scott Brison, a pour sa part été applaudi par les délégués après avoir prononcé un discours dans lequel il a tendu la main aux syndiqués et parlé des leçons tirées du fiasco Phénix.