Girl, de Pharrell Williams

Pharrell Williams prend un évident plaisir à chanter et se déhancher entre plancher de danse et chambre à coucher.
Ou de l'un à l'autre: Marilyn Monroe, servie en intro, et Hunter (qui évoque Upside Down, popularisée par Donna Summer) donnent le ton à cette nouvelle galette où intimité rime avec sexualité assumée.
Girl flirte avec des rythmes chaloupants à souhait et variés (y compris tribaux, sur Lost Queen). Cela ne les empêche pas de devenir lancinants à la longue. Brand New, son duo avec Justin Timberlake livré en clin d'oeil aux Jackson 5, finit par irriter. Son autre duo, avec Alicia Keys celui-là, n'est guère plus concluant: Know Who You Are s'avère particulièrement insipide.
À travers les 10 titres, la réjouissante Happy (que parents et... enfants ont pu entendre dans Détestable moi 2) fait figure d'exception à la règle: seule pièce où le sentiment amoureux n'est pas directement lié au désir physique, elle donne des envies... de soleil!